Pour la première de ses réunions publiques, le candidat aux municipales de mars 2020 à la ville de Montpellier, Michael Delafosse tenait débat dans une brasserie du quartier Antigone, en fin de journée, ce mardi 15 octobre. Et, comme pour ses récentes annonces de candidat, ce premier « point » public avait pour thème la gratuité dans les transports publics.

Accompagné par Fanny Dombre-Costes notamment, l’élu socialiste s’est montré aussi ferme que prolixe. Regrettant qu’ « à l’heure actuelle, plus de 50% des déplacements automobiles intramuros sont inférieurs à 1 kilomètre », le candidat veut y remédier et s’est montré déterminé à vouloir « réduire les embouteillages qui seront de pire en pire, si on ne fait rien« .

N’hésitant pas à comparer Montpellier à différentes villes de France et du reste du monde comme Aubagne, Dijon,Tallinn (Estonie), Michael Delafosse a notamment souligné qu’à Dunkerque, la gratuité des transports publics est une réussite. « C’est une bonne chose dans cette ville où il pleut 300 jours par an« , a ajouté le candidat. Petite affirmation gratuite que les locaux apprécieront…

Des actions précises pour y parvenir.

Convaincu que « les mobilités seront le premier des enjeux de cette campagne qui s’ouvre« , le candidat socialiste a énuméré plusieurs solutions pour « rendre l’air de la ville plus respirable ». Parmi celles-ci, la modification de la circulation sur les rues Becquerel (quartier Millénaire) et Gerhardt (quartier Arceaux) sera une de ses priorités. D’importants travaux devraient donc intervenir sur la première, puisque le candidat y a pour objectif d’ « améliorer sensiblement la fluidité du passage des autobus de la TAM« .

Il a par ailleurs déploré que « la ligne 5 du tramway, qui devait être mise en service en 2017, ne l’est toujours pas » et que pour la future ligne, « plus de 70 millions d’euros de budget ont été récemment ajoutés au budget initial« .

En plus des travaux sur plusieurs voies de circulation et la mise en service, Michael Delafosse a par ailleurs annoncé qu’ « un vaste plan d’investissements sur les mobilités douces et l’ensemble des transports publics sera mis en place, lorsque nous parviendrons au pouvoir ».

Convaincu de son élection aux échéances du printemps 2020, Michael Delafosse a dynamiquement conclu que « pour réussir le défi de l’environnement, Montpellier, notre ville de Montpellier doit oser et doit prendre des risques dès maintenant ! »