Vincent Dupont au Centre Chorégraphique national de Montpellier


Je suis le champ sanglant où la fureur hostile

vomit le meurtre rouge et la scythique horreur

qui saccage le sang, richesse de mon cœur.

Agrippa d’Aubigné, Le Printemps


Il est seul, dans un espace trop petit pour lui, et chacun de ses mouvements résonne de façon extraordinaire, comme si chaque déplacement, aussi petit soit-il, était lesté d’une tension énorme. Autour de lui, l’espace convivial d’une salle à manger semble écrasé par sa présence et prêt à voler en éclats. Entre cet espace et le public, un tronc d’arbre repose sur le sol et sert de projection à un poème d’Agrippa d’Aubigné. Frappé par le danseur à la fin du poème, le tronc d’arbre se révèlera être un tambour de bois.


Hauts Cris (miniature) de Vincent Dupont

« Peut-être s’agit-il de trouver une musicalité physique au poème, questionne le chorégraphe Vincent Dupont, une sorte de contrepoint polyphonique (corps, voix, bruitages) à ces alexandrins chargés d’horreur et de révolte. Peut-être s’agit-il aussi de trouver un espace - comme ces « miniatures » de l’époque médiévale peintes sur un bout de bois, qui libèrent le subconscient de ses traumatismes et l’aide à transformer sa plainte. » Hauts Cris (miniature) exprime l’influence des cadres spatiaux et sonores sur le mouvement, le corps et leurs perceptions. Un homme semble coincé dans le cadre du décor, pourtant une conviviale salle à manger. Les meubles sont délibérément un trop petits pour lui, ou bien c’est l’homme qui est trop grand pour le monde. Il ne peut que se révolter. Des capteurs posés dans le décor et sur le corps du danseur, amplifiés et retravaillés par le musicien Thierry Balasse finissent par provoquer un vacarme assourdissant. C’est le bruit énorme que font des hommes qui se mettent en mouvement pour se libérer. Un état intense de tension explose et expose un état intérieur proche du cri. Le personnage éprouve physiquement le dispositif scénographique de la pièce, enfermé, encagé, inquiet et comme délicieusement perdu. Il interroge la matière de son corps et de son esprit aux abois. Fuir ? Lutter ? Accepter ? Une issue surprenante résoudra l’équation impossible.


Vincent Dupont, artiste associé à ICI-CCN

Le chorégraphe et danseur Vincent Dupont a une formation de comédien. Ses premières rencontres avec la danse sont avec les chorégraphes Thierry Thieû Niang et Georges Appaix. Puis il participe aux créations de Boris Charmatz : Herses, une lente introduction et Con forts fleuve. D’autres collaborations se font dans le milieu du cinéma, notamment avec Claire Denis. En 2001, il signe sa première chorégraphie : Jachères improvisations, inspirée d’une photo d’une installation du plasticien Stan Douglas. Vincent Dupont mène un travail à la croisée de plusieurs médiums qui déplace les définitions attendues de l’art chorégraphique. Ses créations se posent comme expériences, questions adressées à la perception du spectateur. En octobre 2005, il crée Hauts Cris (miniature) qui lui permet d’inscrire le corps comme catalyseur de l’espace et du son pour révéler un état intérieur lié au cri. La SACD attribue à Vincent Dupont, le Prix "nouveau talent chorégraphie" pour l’année 2007. Depuis septembre 2015, Vincent Dupont est artiste associé à ICI—CCN de Montpellier. Dans ce cadre, il crée Mettre en pièce(s) en octobre 2016, qui obtient le soutien de la Fondation Hermès. En mars 2017, ICI—CCN lui propose d’investir un espace d’exposition. Il propose Cillement, une installation vidéographique et photographique pour laquelle il réalise notamment quatre films, qui lui permettent de travailler une nouvelle perception du temps, du mouvement et de la respiration à l’image.


Hauts Cris (miniature)

Spectacle de Vincent Dupont

Chorégraphie et interprétation : Vincent Dupont | Son : Thierry Balasse | Lumière : Yves Godin | Travail de la voix : Valérie Joly | Collaboration artistique : Myriam Lebreton | Décor : Boris Jean | Texte : Agrippa d’Aubigné | Régie plateau et vidéo : Bastien Anconina | Régie lumière : Arnaud Lavisse

Mercredi 7 et jeudi 8 mars 2018 à 20 heures au Studio Bagouet, ICI—CCN

Tarifs : 10€ / 8€ / 5€


ICI – Centre Chorégraphique National Montpellier Occitanie

Agora – Boulevard Louis Blanc, Montpellier

Réservations : +33 (0)4 67 60 06 79 / billetterie@ici-ccn.com

www.ici-ccn.com/


http://vincentdupont.org/