Hier, parmi les 115 affaires débattues en Conseil métropolitain, a notamment eu lieu le vote pour la signature d'un accord-cadre de partenariat entre la Métropole de Montpellier et celle de Toulouse. Philippe Saurel, Président de Montpellier Méditerranée Métropole et Maire de Montpellier, Jean-Luc Moudenc, Président de Toulouse Métropole et Maire de Toulouse, Max Lévita, Vice-président, Délégué au Finances et François Chollet, Vice-président de Toulouse Métropole et adjoint au maire de Toulouse, ont présenté leur coopération mise en place depuis un an affichant la volonté commune de créer une véritable synergie entre les deux métropoles en vue de la création de la grande Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Un accord-cadre de partenariat entre Montpellier et Toulouse

Jean-Luc Moudenc est intervenu via un film pour exposer les raisons et les objectifs de l'accord-cadre de partenariat entre Montpellier et Toulouse et a notamment précisé "cette convention va nous unir et nous permettre de travailler ensemble. Montpellier-Toulouse, c'est une histoire ancienne, une histoire de famille et aujourd'hui c'est le temps des retrouvailles. Nous renouons avec un passé prestigieux, le temps du Languedoc et nous renouons sur la base de tout ce qui fait notre force : notre force commune. Il y a un an et demi, avec Philippe Saurel, nous avons noué le dialogue et nous avons installé le principe positif de la coopération. Ce travail s'est prolongé par des échanges, de la reflexion partagée et il aboutit à cette convention avec des objectifs communs que nous allons mettre en oeuvre au service de l'avenir pour donner à la future grande région deux moteurs et en même temps pour préparer un futur heureux sur nos territoires respectifs". 

Moteurs de la croissance et du dynamisme régional, les Métropoles doivent, encore plus que par le passé, jouer un rôle d’accélérateur et d’impulsion, mais aussi d’attractivité et de rayonnement, pour elles-mêmes comme au bénéfice de leurs territoires voisins. C’est dans ce paysage territorial en profonde évolution et conscients de leurs nouvelles responsabilités que les présidents de Toulouse Métropole et de Montpellier Métropole Méditerranée ont décidé l’engagement du présent accord-cadre de partenariat. Unique en France, cette démarche est une déclinaison majeure de l’intelligence territoriale que Philippe Saurel et Jean-Luc Moudenc appellent de leurs vœux. 

Dans ce cadre, la démarche de coopération initiée par Montpellier Méditerranée Métropole et Toulouse Métropole depuis le début de l’année 2015, donnera lieu à la signature d’un accord-cadre. Celui-ci est guidé par une ambition : anticiper les effets de la réforme territoriale en plaçant les deux Métropoles en situation de partenariat actif et constructif dans un paysage territorial en pleine évolution. 


Il établit, sur des politiques stratégiques, des positions communes qui seront défendues ensemble avec l’Etat et avec la nouvelle Région. Au-delà de leurs réflexions et actions communes pour faire valoir la place du fait métropolitain dans l’élaboration des politiques régionales, les Métropoles de Montpellier et de Toulouse, par le biais de l’accord-cadre, identifient des thèmes et projets communs et complémentaires. Sont ainsi identifiées comme premières thématiques destinées à renforcer la cohérence et la complémentarité de leurs politiques respectives : culture, mobilité, développement économique, rayonnement international, développement universitaire et de recherche, tourisme, habitat et aménagement urbain, développement durable et politique agricole et alimentaire.

 La coopération étroite entre les deux ambassadeurs, Max Levita et François CholletT, a permis d’avancer sur l’identification de ces thématiques partagées et sur la construction d’une culture commune du partenariat, aussi large que possible, au sein des instances politiques et administratives des deux Métropoles. 

Le pilotage et l’animation de cet accord-cadre reposera sur des réunions régulières entre les deux présidents, des réunions des deux ambassadeurs appuyés par leurs référents techniques, un échange régulier entre les élus en charge des thématiques communes, des réunions des directeurs généraux des services et de leurs comités de direction lorsque cela s’avèrera utile, des campagnes de communication coordonnées sur les actions menées de concert et un rapport annuel présenté à chacun des deux conseils métropolitains.