Rue Saint Guilhem

Adresse

Rue Saint Guilhem
34000 Montpellier


Présentation

Variété des commerces et originalité des bâtisses

Cette charmante rue commerçante relie les Halles Castellanes au Boulevard du Jeu de Paume. Elle vous permettra également d’emprunter les nombreuses ruelles du centre ville historique de Montpellier, et de rejoindre la place Sainte-Anne ou, à l’opposé, la place Saint-Roch, lieux calmes et agréables qui vous donneront l’occasion de visiter leurs églises respectives. Il est à noter que ces petites rues sinueuses et étroites abritent de nombreuses petites boutiques teintées d’originalité. La rue Saint-Guilhem, très vivante, vous permettra de pénétrer dans de nombreux magasins, très variés, tels des restaurants, sandwicheries, boulangeries, fleuristes, magasins de décoration, de photographie, de musique et bien d’autres. De plus, cette rue est particulièrement animée lors d’événements culturels tels que la Fête de la Musique. A l’angle de la rue Saint-Guilhem et de la rue de la Valfère, intersection qui se situe à peu près au milieu de la rue, vous pourrez voir une niche sculptée, vide, qui abritait en réalité la Vierge Noire de Montpellier, un rappel de la véritable Vierge Noire que Guilhem VI de Terre Sainte aurait ramené de ses croisades. La statue originelle se trouvait dans la plus ancienne église de Montpellier, Notre-Dame-des-Tables, monument dont il ne reste aujourd’hui que les soubassements que vous pourrez admirer dans la crypte située en dessous de la place Jean Jaurès, soit au Musée de l’Histoire de Montpellier (qui vous renseignera à l’aide d’animations visuelles et sonores sur l’histoire de la ville du Xe au XVIe siècle). En ce qui concerne cette Vierge Noire, ou « la Negra » comme la nommaient les habitants de la cité, celle-ci fut encensée lors des épidémies de peste du XIVe siècle et on l’immergeait dans le Lez lors des périodes de fortes canicules. La majorité des immeubles que vous verrez dans la rue Saint-Guilhem datent du XIXe siècle, vous remarquerez les somptueux balcons ciselés caractéristiques de cette époque. Vous pourrez également voir dans cette rue plaisante la présence de trois hôtels particuliers. Au numéro 20 se trouve l’hôtel d’Antoine de Ranchin, bâtiment privé qui abrite un magnifique escalier rampe sur rampe. Au numéro 31 l’hôtel de Castries possède un pavillon d’escalier datant du XVIIe siècle, avec des encadrements qui sont analogues à ceux de l’hôtel de Ranchin. A peine plus loin, au numéro 35, vous trouverez l’hôtel Ricard, atypique avec ses niches dont les statues ont été ôtées et ses ornements de coquilles Saint-Jacques. La porte de ce bâtiment montre l’influence maniériste sur l’architecture de la ville de Montpellier. Ce courant étant est apparu vers 1530, un courant inspiré par la peinture de Michel-Ange et qui s'est imposé dans toutes les capitales artistiques d'Europe jusqu'au début du XVIIe siècle, époque où il s'est finalement "dissous" dans le baroque. En effet, le baroque reprendra les mouvements et les formes serpentines de cette influence maniériste La plaque que vous pourrez observer sur la façade de cet hôtel témoigne de l’époque où, avant la conception des théâtres, les représentations avaient lieu chez les particuliers. Enfin, si votre curiosité en redemande, vous trouverez un dernier hôtel particulier de l’autre côté de la rue, dans la rue de la Friperie, au numéro 5 : ce bâtiment se nomme l’hôtel de Montcalm, qui possède une magnifique cour datant de la Renaissance ainsi qu’un bel escalier à vis évidée. La rue Saint-Guilhem, axe très emprunté dans le centre de la ville de Montpellier du fait de sa situation géographique et des places connues qu’elle relie, vous permettra donc de flâner tout en observant les spécificités architecturales qu’elle abrite.