Ce jeudi 19 novembre à partir de 19h, la librairie Sauramps centre-ville vous invite à une rencontre Occitane sur le thème Occitan, lettres et Histoire au XXème siècle, en présence de Guy Barral, Guy Latry et Micheline Roumégous. Cette rencontre sera présentée par Jean-Claude Forêt et Marie-Jeanne Verny, en partenariat avec l’équipe de recherche RedOc-LLACS de l'Université Paul-Valéry.

Rencontre occitane à la librairie Sauramps

 À la rencontre de deux êtres d'exception pour cette rencontre occitane : le poilu montpelliérains, Louis Bonfils, qui a correspondu du front principalement en occitan pour défendre ses racines, l'autre est un instituteur landais, Pierre Roumégous, qui écrivit de 1936 à 1948 une chronique politique dans Le Travailleur Landais. Guy Barral, Guy Latry et Micheline Roumégous seront présents pour nous présenter leurs ouvrages.

Présentation du livre L'occitan en guerre. Louis Bonfils - Lettres à Pierre Azema (août 1914-décembre 1916), éditées par Guy Barral, PULM Montpellier, Collection « Estudis occitans »

Quand le sergent Louis Bonfils part à la guerre le 14 août 1914, c’est un félibre qui apporte la contribution du Midi au combat de la Grande France.

Les lettres qu’il envoie à son complice Pierre Azéma sont un échange entre deux écrivains. Ce sont aussi des lettres militantes. D’abord, et c’est un fait unique parmi toutes les correspondances de poilus connues à ce jour, parce qu’elles sont écrites en occitan. Ensuite parce qu’elles témoignent d’un combat acharné pour défendre la réputation des Méridionaux rudement attaquée par les civils et les militaires du Nord de la France. Cette lutte pour l’honneur du Midi conduira Louis Bonfils jusqu’à son jugement par un conseil de guerre tenu sr le front, où il sera acquitté, et même félicité.

Quand le capitaine Louis Bonfils est tué à la guerre, le 11 juin 1918, il a certes remporté quelques belles victoires, militaires contre les Allemands, morales contre les Français du Nord, mais la guerre qui semble opposer de façon récurrente le Nord et le Sud est loin d’être terminée.*.

L’édition de cette correspondance exceptionnelle, entreprise dès 1918, a dû attendre un siècle pour voir le jour.


Présentation du livre Le Front Populaire en gascon : "Leutres à l’Henri, lettres à Henri – Chroniques politiques du travailleur landais, 1936-1948" éditées par Micheline Roumegous et Guy Latry

Il est rare, au XXe siècle, que l’occitan soit la langue de la correspondance : ceux dont c’était la langue d’usage au quotidien ayant été scolarisés en français, écrivaient en français. Et on pense par ailleurs que l’occitan était absent des affaires sérieuses, réservé à la galéjade, ou encore qu’il était le fait de la réaction.

 Cette rencontre présentera deux exceptions, l’une d’un Montpelliérain, le Félibre Louis Bonfils, auteur d’une des rares correspondances du front de 14-18 en occitan, l’autre de Pierre Roumegous, dit « Peyrot », instituteur landais, membre de la SFIO qui, de 1936 à 1948, écrivit une chronique politique sous forme de « lettres » dans Le Travailleur landais