Ce Mercredi 27 Novembre 2013, Madame la Ministre Fleur Pellerin, a lancé officiellement la «French Tech». Invité à cet évènement à Bercy, en tant que Président de NOVAE, la filière de l’Economie Numérique Régionale, au même titre que tous les acteurs nationaux du monde des Start-Up, des incubateurs, des accélérateurs de croissance et des missions de développement économique territoriales, Philippe NAHOUM a vraiment ressenti une grande cohésion et mobilisation de tous pour une France des Start-Up, nommée aujourd’hui : La French Tech. Il nous livre ses impressions.

Philippe NAHOUM : Montpellier s’inscrit dans la «French Tech»

Ce programme va permettre de labéliser une quinzaine de Métropoles Françaises ayant un réel éco-système favorable et structuré permettant l’émergence de nouvelles grandes entreprises et faire rayonner notre territoire sur une place internationale. L’économie numérique est, je pense, une vraie chance pour donner de la compétitivité et de la performance à nos entreprises françaises et nous permettra de gagner 1 point de croissance par an.

La French Tech, devra être lisible et visible par le monde entier.

Situé entre les Etats Unis, place mondiale de l’entreprenariat hight-tech et Israel, petit pays aux 4000 Start-Up, la France fera rayonner son savoir faire en terme d’innovations technologiques mais aussi de service. Etendard à l’international, c’est toute notre économie qui sera irriguée.

-> Lisible, par une présence sur l’ensemble de son territoire, les Métropoles seront mise en avant par leur structuration individuelle liée à leurs spécificités et s’inscriront dans une mobilisation collective.
Une vraie notion de réseaux pour entreprendre en France : 200 Millions d’euros seront investis par l’Etat pour soutenir les initiatives privées locales afin d’aider et d’accélérer la croissance de nos Start-Up.

-> Visible, par une communication internationale afin de promouvoir la France de l’innovation et de la création de valeurs au sein d’éco-systèmes performants et installés en France dans nos territoires.


Attirer les investisseurs et les grands Noms du Numérique en France : 15 Millions d’euros alloués au Marketing et à la promotion de la French Tech à l’international pour placer la France sur la carte du monde des grandes nations numériques.

 
Montpellier s’inscrit parfaitement dans ce projet fédérateur et ambitieux, car tous les ingrédients sont réunis :
Montpellier, 8ème ville de France deviendra prochainement Métropole.
Un territoire d’innovation, entreprenant et compétitif : 5ème dans la recherche, 1ère pour la création d’entreprises, avec le meilleur incubateur mondial, le numérique représente 2 Milliard d’euros de CA consolidés avec +5,8% de croissance, la présence confirmée d’acteurs internationaux comme IBM, DELL, Intel, Ubisoft, ...
Et Montpellier c’est aussi un projet : OZ, complétant tous ces acquis par des infrastructures de transport multi-modal, un bâtiment-TOTEM (hôtel d’entreprises) comme étendard de notre économie numérique, une Maison Du Numérique sur-vitaminée pour accueillir encore plus de partage, d’expériences, de transmission, de démonstrations, ... petits ou grands, ils viendront.
Le tout unifié par un cadre de vie pour attirer et installer durablement la principale ressource d’un éco-système d’avenir : l’humain.
«Denrée» rare, nos entreprises ont besoin de compétences pour grandir, Montpellier doit être la destination préférée pour s’inscrire dans un projet d’entreprenariat et profitable à tous.


Les propos de Madame la Ministre et de son cabinet : («Mais tout ne se passe pas dans la capitale, il faut soutenir les écosystèmes locaux», précise Fleur Pellerin. Bordeaux, Montpellier, Toulouse et Lyon devraient également décrocher le label «French Tech»  , «Paris est labellisée d'office. Mais le cabinet évoque aussi Bordeaux, Montpellier, Lille, Toulouse, Lyon, Nantes...» ) sont encourageants pour la ville de Montpellier, mais malgré cela Philippe NAHOUM sollicite tous les acteurs publics et privés, afin de se mobiliser pour ne surtout pas rater cette dynamique favorable pour toute l’économie de notre territoire. Avec tant de richesses et toutes les personnes mobilisées, Montpellier doit soutenir cette labélisation, car Montpellier c’est aussi la capitale d’une économie régionale, et elle doit s’inscrire dans le rayonnement French Tech.