PAKA entre Graphisme et Hardcore

Casque sur les oreilles et cheveux longs, Maxime Marin dit « Paka » est bien loin des clichés de l’informaticien en costume cravate et attaché-case. Un droit à la différence qu’il assume et qui ne l’a jamais empêché de gravir les échelons.

Reconnu très tôt pour ses talents de graphiste, il a intégré depuis près d’un an et demi l’équipe d’Ubisoft Montpellier. L’entreprise est une référence en matière de jeux vidéos depuis les sorties de Rayman et du petit dernier, « la Grosse Aventure », où sévissent sur le mode burlesque les fameux lapins crétins.

 

Plutôt que de se laisser aller au pessimisme, le jeune homme de 24 ans, originaire de Nîmes,  a choisi de vivre sa vie comme il se doit - à fond. Il nous laisse pénétrer le temps d’une interview dans son univers. Avec tutoiement obligatoire.
 


D’où vient ton surnom « Paka » ?

Ah, la question que j’attendais !« Paka, Paka », c’est une expression qui suggère la contradiction. Je reprends cette idée non seulement dans mon nom mais aussi dans le symbole de la croix sur le t-shirt de mon avatar sur paka-blog.com.

 

 

PAKA entre Graphisme et Hardcore

 

 

Dans ta biographie, tu dis que tu es un « graphiste multifonction ». Quelle est cette appellation ?

En fait, ça n’existe pas le terme de graphiste « multifonction » !  J’ai inventé le terme pour décrire toutes les facettes que couvre mon métier. A l’origine, j’ai une formation de graphiste pré-presse mais au cours de mes différents emplois, j’ai appris à me diversifier. J’ai ainsi dessiné une grande partie du jeu facebook « Les suceurs de sang ». A Ubisoft,  je suis graphiste « interface ».

 

 

PAKA entre Graphisme et Hardcore

 

 

Tu parles volontiers de l’avant-Ubisoft, de l’après-Ubisoft sur ton blog mais tu passes assez rapidement sur ton recrutement. Secret professionnel ?

Non. C’est tout simplement parce que ça s’est fait assez rapidement J’avais postulé à une annonce mais trop tard : elle avait été pourvue. Du coup, je n’ai pas été pris mais j’avais laissé mon book. Le directeur d’Ubisoft Montpellier m’a recontacté pour me proposer une autre mission  et j’ai sauté sur l’occasion pour intégrer l’entreprise. J’y suis depuis un an et demi.

 

Tu bosses actuellement sur quoi ?

Là, c’est secret professionnel ! Tout ce que je peux te dire, c’est que je travaille avec une équipe sympa !
 


Quels sont tes jeux préférés ?


En fait, je n’ai pas un jeu préféré  à proprement dit. J’aime beaucoup les « Final Fantasy », « Warcraft » ou encore « Donjons et Dragons ». 

 


Combien de temps on met pour faire un jeu vidéo ?

Ça dépend des objectifs qui sont fixés. On peut faire des jeux en 6 mois. Mais généralement, ça prend environ deux ou trois ans, comme pour « Les lapins crétins : la grosse Aventure ».

 


Justement, concernant la « grosse Aventure » des lapins crétins. Vous allez développer le concept, par exemple, en dessins animés ? 

Je suis arrivé durant les huit derniers mois de la création du jeu. Les lapins crétins avaient bien marché au point qu’on leur a créé un univers propre après un tutorat de Rayman. La « Grosse aventure » a plutôt bien marché. Mais je ne sais pas si entrer dans un format plus long que les game-parties entre dans les projets d’Ubisoft pour l’instant.

 

PAKA entre Graphisme et Hardcore

 

Tes graphismes rappellent un peu ceux de Gorillaz. C’est une coïncidence ?

On me le dit souvent mais pourtant, Jamie Hewlett – Ndr : dessinateur de Gorillaz-  ne fait pas partie de mes références. Je me suis essentiellement inspiré du cyberpunk pour créer mon monde graphique. Je suis aussi un inconditionnel de la série « Heroes » et des univers sombres où l’on retrouve corbeaux et caves.

 


Tim Sale – qui a travaillé sur les graphismes d’ « Heroes »- était présent récemment à Montpellier. Es-tu allé le rencontrer ?

Malheureusement, comme je travaillais, je n’ai pas eu le temps de le rencontrer ! Dommage !

 


Le Montpellier In Game se déroule du 19 au 20 juin à Montpellier. Tu vas y participer ?

Étrangement, non. Du moins pas en tant que professionnel. Je crois qu’ils n’ont même pas contacté Ubisoft Montpellier, qui est pourtant une référence ! Je salue l’initiative mais son timing est osé : il tombe trois jours après l’E3, qui est actuellement la plus grande manifestation du monde du jeu vidéo. D’ailleurs, je suis un vrai fan au point de regarder en direct la nuit les retransmissions. Quand approche la manifestation, je me mets généralement en mode « troll », c'est-à-dire que je deviens très critique. J’irai tout de même faire un tour au Montpellier In Game, faire un petit reportage pour mon blog et « troller » un peu.

 


La BD reste présente dans ta vie, néanmoins…

La création de BD était mon premier choix quand j’étais enfant. Je fais d’ailleurs sur mon site une sorte de BD où j’immortalise des expériences de mon vécu que j’amplifie selon les situations. J’en suis à l’épisode 1258. Je réalise les dessins en 15 mn chrono. Ce blog est avant tout un moyen de me détendre comme je le dis sur la page d’accueil. Je ne suis pas pour la publication telle quelle des BD issues des blogs car je trouve que ce n’est pas honnête vis-à-vis des lecteurs que de faire de l’argent avec des dessins qui étaient à l’origine libres d’accès. L’édition, je la réserve pour un « hors-série » qui reprend l’esprit des dessins que j’ai réalisés. Et je vais bientôt sortir une BD, « Mecha no ude » aux éditions lapin. J’ai un jour croisé le directeur qui avait apprécié ce que je faisais et m’avait invité à produire un one shot, sans engagements. L’histoire se concentre sur la théorie de la terre creuse, d’un possible intra-monde absurde. J’ai d’autres projets mais je préfère garder un peu le suspense.

 

 

PAKA entre Graphisme et Hardcore

 

 

Tu fais aussi de la musique. D’où est venue cette seconde passion ?

J’ai commencé la musique vers 17 ans.  J’ai fait partie dans un groupe appelé Grut Cirkus. Grut, c’est une référence aux sketchs des Robins des bois, dont nous étions fans. On a tourné un peu sur la région avant de se séparer car nous prenions des chemins différents à cause de nos études. J’ai arrêté de jouer entre 2007 et 2009.


Et tu as reformé un groupe, Duality….

Oui, j’avais besoin d’extérioriser. J’ai formé en 2009 Duality avec l’ancien  guitariste de Grut Cirkus, Jésus. On sort un album de hardcore, où l’on mélange le son de la guitare sèche et la « braille ». On a tourné le clip qui est disponible sur mon blog. La dualité des couleurs s’inspire à la fois de mon univers graphique et de l’orientation de notre groupe. L’album compte douze morceaux plus un remix et une chanson-blague - que ma nièce apprécie tout particulièrement bien que je ne pense pas qu’elle sache vraiment de quoi il en retourne en réalité ! Il est disponible en prévente sur Internet.

 

 

 

 

 

 


Dernière question : qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas été graphiste pour  jeux vidéo?

J’ai toujours rêvé de travaillé dans l’univers du jeu de vidéo, j’ai fait des efforts pour parvenir à mes fins alors il est difficile d’imaginer ma vie sans ! C’est vrai que les dinosaures m’ont longtemps passionné mais je crois que la longueur des études m’aurait achevé. Vendeur de jeux vidéo, ça aurait pu me plaire.

 

Pour plus d'infos et de dessins, consultez les aventures de PAKA !

 

 

PAKA entre Graphisme et Hardcore

 

PAKA entre Graphisme et Hardcore