La FCPE34 organisait à midi une sardinade devant le rectorat de Montpellier.

Montpellier : Une sardinade contre les fermetures de classes

Une trentaine de parents ont répondu à l'appel de la FCPE34 à manifester devant le rectorat de Montpellier contre les fermetures de classes maternelles et élémentaires notamment dans les écoles Auguste-Comte, Léo-Malet et Louise-Michel. "Ces parents expriment le fait qu'ils veulent des conditions décentes pour leurs enfants. Et dès septembre 2013." explique Marcel Ortuno, vice-président de la FCPE34.

Leur demande est simple et va à l'encontre de ce qui a été entériné lors du dernier Conseil Départementale de l'Education Nationale : "Le Directeur Académique des Service de l'Enseignement Nationale fait avec les moyens qu'on lui a donnés c'est à dire 66 postes. A partir du moment où il ouvre des classes à un endroit cela veut dire qu'il va en fermer ailleurs."

Loin de tenir pour responsable le Directeur Académique Philippe Wuillamier, Marcel Ortuno voit dans cette sympathique sardinade deux objectifs : "Premièrement lui montrer qu'entre les chiffres qu'on lui a remontés et la réalité du terrain il y a peut être des enfants qui ne sont pas inscrits ou des parents qui n'ont pas encore fait les démarches." Le risque étant de dépasser les 27 élèves par classe car "on sait très bien qu'il y a une corrélation entre le nombre d'élèves par classe et les résultats des enfants. Un professeur des écoles quand il a des classes à plus de 27 élèves, comme c'est déjà le cas, il n'a pas le temps de raccrocher certains élèves en difficulté".

Le deuxième objectif de la manifestation vise les élus. La FCPE34 étant déjà en désaccord avec la démarche de la mairie d'attendre 2014 pour appliquer la réforme des rythmes scolaires : "Il faut que le Directeur Académique montre aux élus qui votent actuellement les projets de refondation de l'école que nous avons besoin d'argent, qu'ils ont raison d'investir dans l'école. On parle d'investissement, la jeunesse est une vraie chance d'investissement mais il faut donner aux écoles les conditions décentes pour enseigner."