Montpellier : Une journée consacrée au piano russe

Le rôle le plus important de la musique est de provoquer une variété d’émotions positives qui aide la personnalité à progresser et à grandir. Ce n’est pas seulement un plaisir, mais un moyen de se développer en tant que personne.

Lukas Geniušas


La journée du 20 juillet a été consacrée au piano russe, avec en première partie de soirée un récital donné par Lukas Geniušas (né en 1990). En seconde partie de soirée, le pianiste russe Boris Berezovsky (né en 1969) a été accueilli à l’Opéra Berlioz par un public venu très nombreux. Le musicien a été le partenaire de la pianiste Brigitte Engerer, disparue en 2012, il se sent proche de la France. Il a choisi de modifier le programme initial pour proposer des choix vifs et complexes qui correspondent à son niveau d’excellence. Pour cette nouvelle page musicale, le Festival Radio France a aussi rendu un bel hommage à Vsévolod Zaderatski (1891-1953), en le proposant à l’affiche. Ce compositeur contemporain de Prokofiev sort enfin de l’ombre, sa vie a été broyée par le Régime stalinien.


Vsévolod Zaderatski, un compositeur qui sort de l’oubli

Interprétés par Lukas Geniušas, les deux Préludes de Vsévolod Zaderatski sont deux petits poèmes d’un artiste qui a créé dans des conditions épouvantables… pour survivre. Ce compositeur a été persécuté de longues années. C’est le pianiste Jascha Nemtsov (né en 1963) dont le père avait également été interné au goulag qui travaille à la mémoire de ce compositeur par des concerts et l’enregistrement de disques. Vsévolod Zaderatski était méconnu de son vivant. Il a été formé au Conservatoire de Moscou. Partisan du Tsar, il combat dans l’Armée blanche pendant la guerre civile. Laetitia Le Guay, musicologue, rappelle son existence tragique : « La répression s’abat sur lui à deux reprises. En 1926, il est emprisonné et ses œuvres détruites. Libéré en 1928, il est arrêté à nouveau en 1937. C’est au goulag, dans un camp de travail de la Kolyma, qu’il compose ses « Vingt-quatre Préludes et fugues » : sans piano, en écrivant sur des formulaires de télégramme faute de papier. » Ses œuvres de cette période ont été conservées par son fils. En 2014, à Moscou, six pianistes ont joué pendant trois heures, l'ensemble de ses compositions.


Deux pianistes de talent : Lukas Geniušas et Boris Berezovsky

Lukas Geniušas a aussi interprété Rachmaninov et Prokofiev. Pour le second concert, Boris Berezovsky a élargi le répertoire à Beethoven, Grieg et Stravinsky. Lukas Geniušas est une étoile montante du piano, Boris Berzovsky est un grand musicien confirmé, il a fait de nombreuses tournées en France avec Brigitte Engerer. Les deux pianistes talentueux sont habités par leur art. Lukas Geniušas vient d’une famille de musiciens. Son père était pianiste, il s’était installé à Moscou avec sa femme également musicienne. Sa grand-mère, Vera Gornostayeva (1929-2015), était une pianiste et une éminente pédagogue russe ; le musicien joue sur son piano lorsqu’il séjourne à Moscou. Les doigts de Lukas Geniušas dansent, sa tête est au plus près des touches du piano. Il est inspiré par la musique et partage son jeu impressionnant avec le public. Le « géant » du piano russe, Boris Berezovsky, lui a succédé. Le pianiste fait bondir les notes avec frénésie, son niveau technique est très élevé ; il a enchaîné un programme musical difficile avec un même enthousiasme. Il joue avec une vitesse incroyable dans une force créatrice qui a épaté le public de l’Opéra Berlioz.


La musique choisie par Boris Berezovsky est moderne et imprégnée de gaieté, elle s’allie à sa vitalité et à son jeu lumineux. Lukas Geniušas propose une intériorité musicale, son avenir est prometteur, il représente la relève du piano russe. Dans le cadre du Festival Radio France, d’autres concerts vous attendent dont deux importants en entrée libre à la Salle Pasteur du Corum : Philippe Cassard est à l’affiche ce vendredi 21 juillet à 18 heures, et le compositeur Bach est au programme du récital du pianiste Herbert Schuch, le dimanche 23 juillet à 12h30.

Fatma Alilate

Le Piano russe

Opéra Berlioz – Le Corum, Montpellier

1ère partie de soirée, jeudi 20 juillet à 18 heures

SERGE RACHMANINOV (1873-1943)

Prélude en sol Majeur op. 32 n°5

SERGE PROKOFIEV (1891-1953)

Sonate n°2 en ré mineur op. 14

Allegro non troppo

Allegro moderato

Andante

Vivace

VSEVOLOD ZADERATSKY (1891-1953)

Prélude et fugue n°3 en sol Majeur

Prélude et fugue n°2 en la mineur

SERGE PROKOFIEV (1891-1953)

Sonate n°5 en do Majeur op. 38/135 - (2ème version 1952-53)

Allegro tranquillo

Andantino

Un poco allegretto

SERGE RACHMANINOV (1873-1943)

Prélude en sol dièse mineur op. 32 n°12

Prélude en ré bémol Majeur op. 32 n°13

Lukas Geniušas, piano

2ème partie de soirée, jeudi 20 juillet à 20h30

SERGE RACHMANINOV  1873-1943

Sonate n°1 en ré mineur op. 28

LUDWIG VAN BEETHOVEN (1770-1827)

Sonate n°13 en mi bémol Majeur op. 27 n°1 "quasi una fantasia"

EDVARD GRIEG 1843-1907

Quatre danses norvégiennes op. 35

IGOR STRAVINSKY (1882-1971)

Petrouchka

Danse russe

Chez Petrouchka

La Semaine grasse

Boris Berezovsky, piano


Programme Festival Radio France Occitanie Montpellier : www.lefestival.eu

Information, réservation : +33 (0)4 67 02 02 01