Montpellier : « Svadba », un mariage à l’Opéra Comédie !

Chantée en serbe, l’histoire se déroule la veille du mariage de Milica : ses amies sont venues lui tenir compagnie en se livrant, tout au long de la nuit, à des jeux destinés à la préparer aux noces. Le livret s’inspire de la poésie serbe, des contes paysans, et la musique, empreinte de folklore traditionnel des Balkans, transporte l’auditeur dans un monde étrange et magique. Les chanteuses recourent à toutes les techniques vocales possibles, combinant chant lyrique et chant populaire, voix de poitrine grave et voix de tête suraiguë, chuchotements et cris, dans une palette intense de couleurs, sans pratiquement aucun instrument de musique.

Ana Sokolović


Ana Sokolović est une compositrice serbe, née à Belgrade en 1968. Elle a créé l’opéra de chambre SVADBA - Mariage, à la suite d’une commande du Queen of Puddings Music Theatre. La version scénique a été interprétée à Toronto en juin 2011, puis reprise à l’Opéra de Philadelphie en novembre 2013. Elle a ensuite été jouée à San Francisco, Aix-en-Provence, Nantes, Angers, Luxembourg et Perm, et tout récemment à Montréal. Le texte est issu de la poésie traditionnelle serbe, de même que la musique, issue du folklore traditionnel, est présente dans un nouveau contexte en lien avec notre monde contemporain.


Quelques mots de Benoît Bénichou, metteur en scène

Cet opéra, chanté a cappella, met en scène la nuit précédant la cérémonie de mariage de la jeune Milica. Une sorte d’enterrement de vie de jeune fille selon un rituel bien établi. On en profite pour se moquer des garçons, on teint les cheveux de la mariée avec la teinture envoyée par la belle-famille, on passe par un bain rituel, on danse, on se dispute, on s’amuse une dernière fois ensemble avant de se dire adieu… un adieu à ses amies et à son enfance, une sorte de rite de passage de l’innocence à la maturité. Le spectateur est plongé au centre des sentiments, avec un certain voyeurisme, ils assistent aux derniers instants de la vie de la jeune Milica. Cet opéra ne comporte quasiment aucun dialogue, il est constitué de chansons, de comptines, d’onomatopées, comme beaucoup de jeux d’enfants en Serbie sont basés sur des séries très rythmées de lettres de l’alphabet. Ainsi, on se dispute ou s’insulte en se lançant des lettres de l’alphabet. On découvre cependant quelques phrases importantes insérées au milieu de ces comptines et chansons. La plus importante, et celle qui m’a interpellé ne pouvait pas être écartée : « Hélas ! Je suis unique pour ma mère, À Jovan, elle me donne, Mais Jovan, l’ivrogne, moi, je n’en veux pas. C’est Ilija, le brave, que je veux. » Je souhaitais alors axer le travail vers ce sujet lourd qu’est celui des mariages forcés. Le film « Mustang » a été le point de départ de notre travail. Nous l’avons visionné avec les solistes d’Opéra Junior, nous l’avons commenté, nous nous en sommes imprégnés afin de dénoncer, par la voix des jeunes filles concernées, ces mariages inhumains.


L’Opéra Comédie comme décor

Il faut être tous ensemble et accompagner Milica au mariage. Il faut être proche également pour y être intégré. J’ai alors choisi de placer cet opéra dans les parties publiques du bâtiment, explique Benoît Benichou, et de l’utiliser en déambulation. Nous avons un décor tout prêt, sa grandeur, ses ors, ses marbres accompagnent cette cérémonie pré nuptiale. De l’entrée à la salle, nous donnons vie à ce lieu et ritualisons le passage vers la salle. Nous montons le grand escalier sans vraiment y faire attention. En y plaçant une des scènes de l’opéra, il prend vie différemment et son utilité change. Il en est de même avec le Grand Foyer, avec les couloirs, ils ne sont plus un simple endroit de passage avant de retrouver son fauteuil. J’ai également souhaité travailler en déambulation afin d’expérimenter un autre rapport, une autre forme de représentation, sortir du carcan habituel de l’opéra. Pourquoi ne pas expérimenter autre chose que la forme frontale, scène/salle confortablement assis dans son fauteuil ? La forme a cappella s’y prête à merveille. Nous vivons la représentation au même rythme que les chanteurs, nous sommes pris à parti, nous sommes intégrés, nous devenons acteurs, voyeurs, soutien. Nous restons actifs. Nous avons imaginé également une scénographie dont le point de départ serait une exposition. D’une part, nous découvrons les codes du mariage serbe, mais également tout au long du parcours nous souhaitons élargir le sujet aux mariages forcés dans le monde entier, sans se limiter à la Serbie.


Les interprètes de Svadba sont des solistes de l’Opéra Junior. Fondé en 1990 par Vladimir Kojoukharov, Opéra Junior est dirigé par Jérôme Pillement depuis 2009 et a été intégré le 1er octobre 2013 à l’Opéra Orchestre national Montpellier Languedoc-Roussillon. Opéra Junior propose à des enfants et adolescents de découvrir l'art lyrique en participant à des créations de spectacles réalisés dans des conditions professionnelles. Les jeunes chanteurs ont la chance d’être formés au chant, à la danse, au théâtre, et de découvrir tous les métiers de l’opéra, en côtoyant des compositeurs, chefs d’orchestre, musiciens, metteurs en scène, costumiers, scénographes et techniciens professionnels.


Svadba - Mariage

Opéra pour six voix de femmes a cappella

Opéra Comédie

11 Boulevard Victor Hugo – Montpellier

Musique et livret d’Ana Sokolović 

Livret en serbe - Création le 24 juin 2011 au Berkeley Street Theatre de Toronto en version scénique

Spectacle en déambulation

Solistes du Jeune Opéra - Opéra Junior

Garance Laporte-Duriez : Milica ; Marie Sénié : Danica ; Anne Baptiste-Voisin : Lena ; Juliette Guilloteau /Lea Arnaud : Zora ; Ambre Morvan : Nada ; Leïla Elhila-Lopez / Carla Hébrard : Ljubica ; Paul Besset : Ilija ; Raphael Charneux : Jovan, le fiancé ; Matisse Rebreyend, Josué Toubin-Perre, Thomas Dedieu, Lucas Aït El Maassi, Tony Garnier : Les amis de Jovan

Guilhem Rosa direction musicale

Benoît Benichou mise en scène

Romain Vigier costumes

Amélie Kiritzé-Topor scénographie

Durée : 1 heure

A partir de 12 ans

Vendredi 17 novembre à 20 heures

Dimanche 19 novembre à 11 heures et à 17 heures

Tarif normal : 12 €  - tarif réduit : 7 €

Réservation - Billetterie Opéra Comédie: + 33 (0)4 67 60 19 99

www.opera-orchestre-montpellier.fr