Le chanteur de reggae jamaïcain Sizzla et The Firehouse Crew feront le show ce soir au Rockstore, dés 20h30.

Montpellier : Sizzla au Rockstore

 Sizzla, de son vrai nom Miguel Collins, est né le 17 avril 1977 et a grandi dans la communauté très fermée d’August Town. Issu de parents très dévots, Sizzla baigne dès son plus jeune âge dans la religion et c’est sans surprise qu’on le voit rejoindre les rangs des Bobo Ashanti dans le milieu des années 90.

Il fait ses débuts au côtés de Caveman Hi-Fi, sous le nom de Little One. Mais c’est en 1995 que sa carrière va véritablement commencer grâce à sa rencontre avec Bobby Digital Dixon. Ils vont travailler ensemble sur plusieurs singles qui vont le faire connaître. Parallèlement, il rejoint l’ordre rasta des bobo-dreads. Cette même année, il entreprend sa première tournée aux côtés de Luciano, ce qui lui permet de conquérir définitvement le public et d’obtenir une place méritée sur le devant de la scène reggae moderne.

La deuxième rencontre qui va faire de Sizzla, un artiste incontournable en Jamaïque est incontestablement celle qu’il fait avec Fatis Burrel, patron d’Xterminator. Ils vont dés lors travailler en symbiose totale , en résulte les 2 premiers albums de Sizzla : « Burnin Up » et « Praise Ye Jah ».

En 1997, il sortira "Black Woman & Child" qui reste l'un des albums phare de l’histoire du reggae & du dancehall. Ce disque lui vaut sa première nomination aux Mobo Awards pour le titre de « Meilleur artiste reggae international » en 1998. Durant cette année 98, il sortira deux nouveaux albums, "Freedom Cry" et "Kalonji" qui l’amèneront à une deuxième nomination aux MOBO Awards.

Dés lors, il enchaîne les titres et des albums. Artiste très prolifique, il a sorti à ce jour plus de 50 albums sous son nom, auxquels il convient d'ajouter une quinzaine d'albums partagés avec d'autres artistes. Il collabore avec différents producteurs et se perd parfois privilégiant la quantité à la qualité.

Si ses tournées sont de véritables succès, elles sont bien courtes et rares. De plus, l’artiste entretient de très mauvais rapport avec l’industrie du disque et les médias. Ses attaques envers la communauté homosexuelle et son refus de s’excuser à ce propos n’arrangent pas sa situation.

Les textes homophobes de Sizzla font régulièrement polémique. Nombre de concerts du reggaeman ont été annulés pour cette raison. Il reste tout de fois l'un des meilleurs showmen du dancehall.

Un artiste qu'il vaut donc le détour. À (re)découvrir ce soir au Rockstore.

Tarifs : 10 à 25€