Montpellier : Révolutions et Révolution française au Festival Radio France

Auparavant les concerts pouvaient durer trois heures et offrir chœurs, mouvements de symphonie ou de quatuor, solos de basson ou de harpe, Lieder de Schubert avec piano… Le choix et la succession des (fragments d’) œuvres obéissant aux lois du contraste et du succès : on commençait et finissait par ce qui plaisait le plus. Et déjà au Concert de la Loge Olympique…

Gérard Condé, compositeur et critique musical


Ce dimanche 23 juillet, le Festival Radio France a proposé un voyage dans le temps musical sur le thème des Révolutions. La Révolution française de 1789 occupe le programme du concert de la seconde partie de soirée, donné par le pétillant ensemble Le Concert de la Loge. Le public a pu découvrir une composition étonnante à la gloire de la Révolution française, tous les airs célèbres sont repris dont La Marseillaise. En première partie de soirée, le pianiste russe Andrei Korobeinikov a conquis le public par son talent et sa sensibilité, il a interprété Franz Liszt (1811-1886) qui connut deux révolutions, ces événements ont eu un impact sur son imaginaire et sa créativité.


Andrei Korobeinikov interprète Liszt

Pendant plus d’une heure, Andrei Korobeinikov a émerveillé le public avec son récital consacré à Liszt. Le compositeur a été le témoin des Révolutions de 1830 et 1848. Liszt est né en Hongrie, dans l’ancien Empire Austro-hongrois, il voyageait beaucoup en Europe surtout en Italie, le berceau des arts ; Les Sonnets de Pétrarque au programme du concert sont un hommage à la Ville éternelle. Le compositeur a fait partie du mouvement du Romantisme musical : l’intériorité s’affirme dans les œuvres par des joies, des tourments, différents sentiments. Ce mouvement valorisait l’instrument, Liszt a promu par ses œuvres le piano dont les améliorations techniques, au XIXe siècle, ont élargi l’expressivité. Le pianiste Andrei Korobeinikov a joué cette musique inspirée de façon délicate et sensible. Il a notamment interprété une pièce aux accents espagnols qui avait connu un succès phénoménal. Son jeu est puissant et intense, en harmonie avec les compositions de Liszt. Après le concert, Andrei Korobeinikov était dans le hall du Corum. Accessible et souriant, il signait même les feuilles du programme. Le second concert était dirigé par Julien Chauvin, à la tête d’un groupe musical formidable : Le Concert de la Loge.


Un concert-émission avec Le Concert de la Loge

Le concert était diffusé en direct de France Musique. Il s’agissait d’un concert-émission avec les interventions de l’animateur et de Julien Chauvin, à la fois violoniste et à la direction du Concert de la Loge. Avec humour, ce musicien nous faisait vivre la musique comme au temps de la Révolution française et il y a eu ambiance ! C’est en janvier 2015 que Julien Chauvin a fondé un nouvel ensemble sur instruments anciens, il a choisi de faire revivre un orchestre légendaire « Le Concert de la Loge Olympique », créé dans les années 1780 ; le terme « olympique » n’a pas pu être maintenu pour des raisons juridiques. L’ensemble a proposé différents formats : du quatuor à l’orchestre de chambre, avec des musiciens invités. Le concert a commencé et s’est terminé par une composition de Joseph Haydn (1732-1809), L’Ours. Pendant l’émission-concert, Julien Chauvin a rappelé les usages des salles de spectacle : « Au XVIIIe siècle, il y avait autant de bruit dans la salle que sur la scène. Le public réagissait sur le moment. (…) On attend la réaction du public, on compte sur vous ! » Le public a donc réagi à la Symphonie concertante de François Devienne (1759-1803) : applaudissements après chaque performance musicale de façon isolée ou groupée. Ouf, on a échappé aux huées !


C’était étonnant de découvrir la composition de Jean-Baptiste Davaux (1712-1822), soit il était convaincu par la Révolution française, soit il souhaitait être bien vu des nouvelles autorités : sa Symphonie concertante comprend tous les « tubes » révolutionnaires ! De nouveau, deux concerts de qualité ont couronné la soirée du Festival Radio France. Les différentes facettes de la musique de Liszt étaient à l’honneur avec le pianiste Andrei Korobeinikov qui a offert des moments de rêverie. L’ensemble musical Le Concert de la Loge a faire revivre la musique de la fin du XVIIIe siècle : le public a apprécié, il a participé et il a ri.

Fatma Alilate

Concerts Liszt : Révolution du piano et de l’Esprit et Au Temps de la Révolution Française

Salle Pasteur – Le Corum, Montpellier

1ère partie de soirée, dimanche 23 juillet à 17h30

Liszt : Révolution du piano et de l’Esprit

FRANZ LISZT 1811 - 1886 

Grosse Concert-Phantasie über spanische Weisen

Sonnets de Pétrarque n°104 et 123, extraits des Années de pèlerinage, 2ème Année, Italie

Sonate en si mineur S 178

Andrei Korobeinikov, piano

2ème partie de soirée, dimanche 23 juillet à 20h30

Au Temps de la Révolution Française

JOSEPH HAYDN 1732-1809

Symphonie n°82 en ut Majeur « L’Ours »

Vivace

Allegretto

FRANÇOIS DEVIENNE 1763-1817

Symphonie concertante n°4 pour flûte, hautbois, basson et cor en fa Majeur

Allegro

Air varié

Tami Krausz  flûte

Emma Black   hautbois

Javier Zafra  basson

Pierre-Antoine Tremblay cor

LUDWIG VAN BEETHOVEN 1770-1827

Quatuor à cordes n°4 en ut mineur opus 18 n°4

Quatuor Cambini

Julien Chauvin  violon

Karine Crocquenoy  violon

Pierre-Eric Nimylowycz  alto

Atsushi Sakaï  violoncelle

JEAN-BAPTISTE  DAVAUX 1742-1822

Symphonie concertante en sol Majeur mêlée d’airs patriotiques pour deux violons principaux

Julien Chauvin - Chouchane Siranossian  violons

JOSEPH HAYDN 1732-1809

Symphonie n°82 en ut Majeur « L’Ours »

Minuetto – Trio

Finale : Vivace assai

Le Concert de la Loge

Quatuor Cambini

Julien Chauvin  direction et violon


Programme Festival Radio France Occitanie Montpellier : www.lefestival.eu

Information, réservation : +33 (0)4 67 02 02 01