Suite aux révélations dans la presse de la tenue d’une réunion « secrète » à Marseille, Laurent Beaud, candidat à l’investiture du Parti Socialiste pour Montpellier, s’interroge et tient à réagir avec prudence. Il se refuse de commenter d’éventuels propos qui auraient pu être exprimés lors de ce rendez vous, confirmant qu’il ne fut pas convié et qu’il n’a pas assisté à celle-ci.

Montpellier Municipales 2014 : Réaction de Laurent Béaud à la réunion de Marseille

Toutefois, si l’organisation par Christophe Borgel et Alain Fontanel d’un tel entretien entre Jean Pierre Mourre et Philippe Saurel à l’insu du 1er secrétaire fédéral, Hussein Bourgi et des deux autres candidats que sont Hélène Mandroux et sa propre personne, et que les informations dévoilées s’avéraient justes, Laurent Beaud considère cette initiative comme allant à l’encontre des valeurs de la transparence et de la rénovation du politique réclamées par les militant(e)s et les citoyen(ne)s.

En tout état de cause, il convient de constater que le rassemblement unilatéral devient de plus en plus improbable et que les méthodes employées pour y parvenir ont amené de plus en plus de colère et de frustration chez les militant(e)s socialistes et de plus en plus de défiance chez les montpelliérain(e)s vis à vis des politiques locaux.

Laurent Beaud, candidat militant, prône depuis l’annonce de sa candidature la fin de la querelle des égos, la rénovation des pratiques politiques, le renouvellement et le choix d’un autre modèle de développement économique, social et écologique. Il estime que le temps des vrais débats est largement venu et refuse que lui soit reproché un discours d’empathie face à aux situations difficiles que vivent ses concitoyen(ne)s au quotidien.

Il tient à rappeler quelques unes de ses précédentes déclarations :

« Nous ne pouvons pas rester sans agir, la gravité de la crise économique et sociale et la vision que nos concitoyennes et nos concitoyens ont de la vie politique, rendent de plus en plus insupportable l’incapacité de la gauche à construire l’alternative promise. Le Parti Socialiste est le premier parti de gauche, il porte en cela des responsabilités. La responsabilité de porter un projet, un projet clair, solidaire, dynamique, un projet ambitieux pour notre ville. La responsabilité aussi de réunir l’ensemble de la gauche pour mettre en œuvre ce projet.
(...)
Primaires, renouvellement, parité, diversité... C’est une période décisive dans la rénovation du politique. Ce désir de rénovation a déjà été exprimé très largement, c’est un désir réclamé de renforcement de la démocratie au sein de la collectivité mais aussi une volonté de faire face à la mauvaise foi, à l’ineptie et aux similarités des idées de la droite avec celles du Front National. »

Le candidat Beaud appelle désormais à ce que les règles soient éclaircies, que le processus de désignation s’achève et que les décisions soient enfin prises car pour lui le temps passant amène inexorablement à gonfler une montagne, et qu’il ne faudrait pas que la montagne accouche d’une souris.