Montpellier :

« Avec tous les moyens à ma disposition, créer un univers. » : ainsi Mahler envisageait-il la composition de ses symphonies, toutes conçues comme un monde en soi. Contrairement à Brahms ou Bruckner qui ne laissèrent que des symphonies instrumentales illustrant la forme laissée en héritage par Haydn et Mozart, Mahler eut toujours à cœur de donner la vie à une partition inédite au moment d’aborder une nouvelle symphonie.

Christian Wasselin, auteur de Mahler, la symphonie-monde - Editions Gallimard


Ce dimanche 16 juillet, un concert a été consacré à la Troisième Symphonie en ré mineur de Gustav Mahler (1860-1911), dans le cadre du Festival Radio France. C'est un orchestre pétillant, venu de Barcelone et dirigé par le chef d’orchestre Manel Valdivieso, accompagné d’un Chœur et de la mezzo-soprano Cristina Faus, qui a enthousiasmé le public. La partition très difficile à jouer s'inscrit dans la lignée des grands concerts symphoniques, elle a été portée par la virtuosité des artistes pendant près de deux heures.


Troisième Symphonie de Gustav Mahler

Pour Christian Wasselin, la Troisième Symphonie de Mahler a quelque chose de cosmique, en raison de sa durée et du nombre de mouvements. Il s'agit de l’une des symphonies les plus développées de l’histoire de la musique : « Ne regardez pas le paysage, il est tout entier dans ma symphonie. », a dit le compositeur. Le début est très solennel et s’étend en intensité musicale avec une tonalité dramatique. La nature est là avec des sonorités qui rappellent le tonnerre, elle finit par s’apaiser, pour se réveiller de nouveau avec fougue. Et puis, il y a finalement de la légèreté et une certaine gaieté. Le programme complet est composé de différentes intonations par lesquelles tous les instruments sont invités. La mezzo-soprano, Cristina Faus, est arrivée sur scène, en longue robe rouge, elle a interprété avec talent un lied : « La peine dit : Passe ! Pourtant toute volupté veut l’éternité, Veut la profonde, profonde éternité ! » Le Chœur a participé au chant, en harmonie avec l’orchestre. Ce beau concert a couronné la soirée du Festival Radio France. D’autres concerts sont proposés jusqu’au vendredi 28 juillet, dans la Métropole de Montpellier. Dès ce soir, un concert émotion à la Salle Pasteur du Corum rend hommage aux populations du Camp de Rivesaltes, devenu Mémorial.


De Gershwin à Gainsbourg, un concert très attendu

Depuis deux ans, le Festival Radio France propose un projet musical en résonance avec le travail de mémoire, et en lien avec les principales populations qui ont été internées au Camp de Rivesaltes : Harkis, Juifs, Tziganes et Espagnols. Nombre de familles qui ont transité par le Camp Joffre - parfois plus d’une décennie, ont des descendants dans la région et dans la ville de Montpellier, ils sont liés à jamais à ce lieu d’enfermement. Cette année, ce sont les musiques juives qui sont à l’honneur avec Isabelle Georges. Elle-même puise dans son histoire familiale : « Partis pour fuir les pogroms, des familles juives entières quittent la Russie et émigrent en Europe ou aux États-Unis. Pour certains c’est le pletzl en plein cœur du quatrième arrondissement de Paris, comme les Ginsburg, Distel ou les Tenenbaum (Jean Ferrat)… Pour d’autres c’est New York, où dit-on les routes sont pavées d’or… (…) Les enfants deviendront les frères Gershwin, Irving Berlin, Harold Arlen… Autant de compositeurs qui donneront avec leur musique la «Happy end», qui les a si souvent éludés, la fin heureuse tant attendue par leurs parents. »


Le concert Mahler 3 a été ovationné par le public. Un vent de jeunesse, une spontanéité espagnole ont soufflé sur le plateau de l’Opéra Berlioz : avec les applaudissements du public, les musiciens enthousiastes ont tapé des pieds, on a vu et entendu à plusieurs reprises la holà du Chœur. D’autres concerts vous attendent dans le cadre du Festival Radio France, dont certains sont à entrée libre.

Fatma Alilate

Mahler 3

Opéra Berlioz – Le Corum, Montpellier

Gustav Mahler (1860-1911)

Symphonie n°3 en ré mineur

Cristina Faus, mezzo-soprano

Cor de Noies i Cor Infantil de l’Orfeó Català (Buia Reixach et Glòria Coma, direction)

Jove Orquestra Nacional de Catalunya

Manel Valdivieso, direction


Prochain concert : Happy End – Concert hommage au Camp de Rivesaltes

Lundi 17 juillet à 18 heures, Salle Pasteur du Corum, Montpellier

Isabelle Georges, chant

Frederik Steenbrink, piano

Programme : Chants Yiddish, Irving Berlin, Abe Schwartz, Norbert Glanzberg, Gershwin, Gainsbourg…

Entrée libre sur présentation d’une carte à retirer aux bureaux Radio France, face au Corum, Allée des Républicains Espagnols - Montpellier.


Programme Festival Radio France Occitanie Montpellier : www.lefestival.eu

Information, réservation : +33 (0)4 67 02 02 01