Une équipe du Cirad vient de caractériser, en collaboration avec l’université technique de Berlin, la structure de l’albicidine, un antibiotique fabriqué par une bactérie pathogène de la canne à sucre. Ce puissant antibiotique a montré une activité contre des bactéries difficiles à traiter et même responsables de maladies nosocomiales comme le staphylocoque doré. Sa structure et son mode d’action en font une molécule très originale et prometteuse.

Montpellier : Le CIRAD découvre un antibiotique d'avenir

L'albicidine est en fait connue du monde scientifique depuis les années 80 mais elle était difficile à extraire en grande quantité et sa structure était inconnue. Ce n’est qu’au cours de ces derniers mois que les travaux du Cirad et l’Université technique de Berlin ont abouti à la caractérisation de la structure de l’albicidine. Sur la base de la structure de l’albicidine, un protocole de synthèse chimique a été développé pour la produire en grande quantité. Les chercheurs ont pu démontrer que la molécule synthétique ainsi obtenue possède la même activité bactéricide que l’albicidine naturelle.

En collaboration avec l'équipe du professeur Roderich Süssmuth de l’Université technique de Berlin, c’est une équipe de quatre scientifiques du Cirad qui a réussi à isoler et purifier la molécule. « Notre travail a consisté à transférer les gènes de biosynthèse de l’albicidine chez une autre bactérie dans le but de sur-exprimer ces gènes et d’obtenir des quantités plus importantes d’albicidine, soit environ 3 mg d’albicidine pure à partir de 300 litres de cultures bactériennes » précise Stéphane Cociancich.

Un brevet, déposé par le Cirad et l’Université technique de Berlin, protège l’utilisation du protocole de synthèse chimique de l’albicidine. Le développement de ce protocole est déjà une étape très importante mais le chemin est encore long et incertain pour que l’albicidine puisse entrer dans la pharmacopée. Elle doit encore franchir de nombreuses étapes de développement et d’évaluation in vivo et chez l’homme.