Le Conseil français du culte musulman a fixé la date de la fête de l’Aïd-Al-Adha au samedi 4 octobre 2014. Cette fête, qui dure traditionnellement 3 jours, est l’occasion d’abattages rituels d'animaux.

Montpellier : l’Aïd-Al-Adha célébrée samedi 4 octobre

Les services de l'Etat rappellent que les abattages clandestins sont passibles de peines allant jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende et qu'il est donc impossible pour les particuliers de pratiquer eux-mêmes l'abattage de leur animal. Cette opération doit être effectuée dans un établissement autorisé.

Ainsi, les personnes qui souhaitent célébrer cette fête par le sacrifice d'un animal, doivent impérativement prendre contact avec un abattoir. Les deux abattoirs ouverts dans l'Hérault sont :
Abattoir de Pézenas     : capacité de 1200 animaux   (04.67.98.12.32)
Abattoir de Baillargues   : capacité de 600 animaux   (06.75.49.70.80 ou 06.75.49.70.75)

En effet, les contrôles sanitaires qui y sont réalisés sont les seuls à assurer la protection de la santé publique, le respect de la protection animale et  de l’environnement, en écartant les animaux malades, les viandes impropres à la consommation et en assurant une saine gestion des déchets.

Il est également rappelé que le transport d’animaux dans des conditions incompatibles avec le bien-être animal est passible de 750 euros d’amende .

Ainsi, le transport d’ovins vivants par des particuliers est interdit, sauf dans les cas suivants :
- transport à destination d’un abattoir (la personne doit être titulaire d'un bon de transport établi par l'éleveur) ou d'un cabinet vétérinaires ;
- transport entre exploitation.

Enfin, la Tunisie et l’Algérie étant concernées par des foyers de fièvre aphteuse, l’importation illégale  de  viande  ou  de  produits  animaux  est  interdite.  En  effet,  ces  matières  peuvent véhiculer le virus de la fière aphteuse, maladie contagieuse à l’origine de très fortes pertes économiques et d’abattages massifs d’animaux. L’importation illégale de produits et sous-produits d’origine animale est à ce titre passible de 2 ans d’emprisonnement et de 300 000€ d’amende (article L.236-9 du code rural).

Les services de l’État seront particulièrement mobilisés pour  concilier le respect des règles sanitaires, le respect de la protection animale, la sécurité des personnes et le respect des règles environnementales avec la pratique du culte pour un bon déroulement de cette célébration.

Bonne fête de l’Aïd-Al-Adha à tous!