Le 20 février, Fabrice Moras montait sur l'aqueduc des Arceaux pour défendre ses droits de père. Hier, il s'est rendu au tribunal avec son avocat pour espérer la garde de sa fille.

Montpellier : Fabrice Moras doit encore attendre pour voir sa fille

 Fabrice Moras montait sur l'aqueduc des Arceaux en février pour défendre ses droits de père imitant ainsi un nantais qui était resté plusieurs jours sur une grue. Après quelques heures de négociation, il était descendu avec sagesse entouré de nombreux objectifs. Reçu par un juge aux affaires familiales, il avait introduit une nouvelle requête et demander une assistance juridictionnelle.

Hier, Fabrice Moras espérait obtenir la garde exclusive de sa fille, Marina. Une demande qui avait peu de chance d'être entendu. "C'est un dossier difficile" nous a lâché son avocat Me David Mendel. En attendant l'audience, Fabrice Moras masque son angoisse en discutant, passe des coups de téléphone, fait les cent pas... Vers 16h30, il rentre dans le bureau du juge.

Une demi-heure plus tard, Fabrice Moras emboîte le pas de son avocat et s'isole avec lui pour discuter des suites à donner. L'espoir a disparu de son visage, on comprend aisément que la décision ne lui a pas été favorable. Le juge lui proposait un droit de visite d'une fois par mois au sein d'une association. Refus catégorique de Fabrice Moras qui nous explique pourquoi.



Son action sur l'aqueduc des Arceaux lui aurait t-il porté préjudice ? Me David Mendel n'encourage pas la démarche mais nous a expliqué que cela n'avait influencé le juge dans aucun sens. Les parlementaires qui s'étaient empressés d'écouter ou recevoir Fabrice Moras en février sont, semble t-il, passés à d'autres combats. Quand les politiques jouent avec te temps médiatique... Fabrice Moras continue, comme en février, à réclamer une loi d'urgence pour les pères.


Fabrice Moras ne comprend pas l'acharnement de la partie adverse contre lui. L'impression d'injustice même s'il reconnait des erreurs passées. Mais c'est surtout la manière dont la justice travaille sur ce genre de cas qu'il déplore.



Fabrice Moras doit repasser devant le juge le 20 juin. Dégouté par la proposition faite par le juge et les allégations lancées à son encontre par la partie adverse, Fabrice Moras a menacé de recommencer une autre action et d'aller jusqu'au bout par amour pour sa fille.