En fin de semaine, Philippe Saurel, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole a donné les prochaines orientations et projets de la politique culturelle de la Ville et de la Métropole de Montpellier, l’occasion de présenter le futur Centre d’art contemporain.

Montpellier et sa Métropole : les nouveaux axes culturels


Le Centre d’art contemporain, au cœur d’un parcours d’art dans la  Ville et la Métropole de Montpellier

En lieu et place du projet de Musée de l’Histoire de la France en Algérie, le nouveau Centre d’Art Contemporain ouvrira ses portes au premier semestre 2019 au sein de l’Hôtel Montcalm. A deux  pas de la Gare SNCF, au croisement des 4 lignes de tramway, le Centre d’art contemporain deviendra l’épicentre d’un parcours dédié à l’art sur la Métropole, reliant 12 lieux stratégiquement situés le long des lignes de tramway. 

Dédié à l’art au XXIème siècle, le Centre d’art contemporain sera également le cœur d’une synergie entre les différents équipements de la Ville. La Panacée, le Pavillon Populaire, le Carré Sainte-Anne, le Musée Fabre, l’Ecole des Beaux-Arts mais aussi l’Université de Montpellier 3, sont autant d’établissements dont les politiques et les projets devront converger et s’articuler autour de ce futur Centre d’Art Contemporain.

 Cette structuration artistique nouvelle permettra à des milliers de personnes de découvrir la Ville et sa Métropole, à travers un parcours artistique riche, complémentaire et cohérent.


Des axes culturels réaffirmés 

Au-delà de ce nouvel équipement majeur qu’est le Centre d’art contemporain, Philippe Saurel a réaffirmé les principaux axes qui guident déjà, et continueront d’orienter la politique culturelle de la Ville et la Métropole dans les années à venir :

- l’accès à culture pour tous et sur l’ensemble du territoire est la priorité principale de la politique culturelle menée. Elle se manifeste par la présence d’équipements et de manifestations culturels accessibles sur l’ensemble de la Métropole : les médiathèques, l’agora des savoirs, les équipements des quartiers Jean Vilar, Burma, les grands festivals, la ZAT, le CRR…,

- la culture méditerranéenne, ancrée au cœur de l’identité de la Métropole de Montpellier. Elle trouve toute sa place à travers le Festival Cinémed par exemple, ou encore la Comédie du livre,

- la danse et de l’art contemporain, portés par le futur Centre mais d’ores et déjà diffusée grâce à Montpellier Danse et la Panacée notamment,

- le cinéma, à travers de nombreux festivals et équipements du territoire,

- et enfin le patrimoine.

« C’est dans l’ensemble de ces domaines que je souhaite passer à la vitesse supérieure et écrire un nouveau chapitre culturel pour Montpellier et ses territoires », souligne Philippe Saurel.


Des lieux culturels relocalisés et réhabilités 

Enfin, la politique culturelle de la Ville et de la Métropole s’appuie sur la réhabilitation de lieux existants. Il s’agit de donner un nouveau souffle à des lieux emblématiques et accessibles du territoire pour répondre à l’objectif principal affiché : la culture pour tous et partout.

Ainsi, le Conservatoire à rayonnement régional sera relocalisé dans l’ancienne Maternité, avenue du Professeur Grasset. Il s’agit de l’une des projets prioritaires. Ce nouvel espace permettra de diffuser des enseignements appropriés et notamment la nouvelle offre pédagogique diversifiée depuis la rentrée 2015 (musique médiévale avec l’université, danse avec le CCN et l’université, et consolidation de l’ENSAD), dont l’objectif est l’ouverture d’un Pôle supérieur en 2020. Mais surtout, cette relocalisation va permettre de conserver le label « Conservatoire à Rayonnement Régional », moteur de l’attractivité de l’établissement.

Les Archives municipales trouveront place au sein des anciennes archives départementales, délaissées depuis l’ouverture de Pierres Vives, qui les accueillent désormais. Le lieu est donc parfaitement adapté. C’est également dans cet espace que seront hébergés le Centre régional de la résistance et de la déportation, au côté d’une salle de lecture et d’exposition propre. L’ouverture est prévue en fin 2018, début 2019. 

La salle Louis Feuillade à la Paillade sera transformée en Maison Pour Tousdédiée aux cultures urbaines et à l’image, composée d’une salle de spectacle et d’une salle de cinéma.

Le théâtre du Hangar sera entièrement rénové. L’Ecole Nationale Supérieure d’Art Dramatique investira les lieux dès 2016.