Montpellier : Emanuel Gat danse dans la ville et dédie une œuvre à Jean-Paul Montanari

« for Jean-Paul » correspond au fait que selon moi créer est un acte personnel qui s’inscrit dans un dialogue, qui ne se fait jamais dans une bulle. En tant que chorégraphe, je crée toujours en relation étroite avec des interlocuteurs comme Jean-Paul Montanari qui rentrent dans un dialogue et l’œuvre créée en est le résultat. Depuis neuf ans, le dialogue avec Jean-Paul, sur vingt-cinq ans de carrière, est le plus marquant, au sens où on est arrivés à un tel degré de confiance que cela m’a permis d’aller dans des directions dans lesquelles je n’aurais pas pu aller autrement.

Emanuel Gat


Emanuel Gat est un chorégraphe israélien, né en 1969. Il a découvert la danse tardivement à l’âge de vingt-trois ans. Il est régulièrement programmé au Festival Montpellier Danse, cette année, il propose une Grande Leçon de danse, à Antigone, et des Duos dans des lieux emblématiques de la ville comme Le Peyrou. Il dédie sa dernière œuvre TENWORKS (for Jean-Paul) à Jean-Paul Montanari, le directeur du Festival Montpellier Danse, pour le remercier de son soutien et de leurs échanges fructueux. Le chorégraphe travaille dans cette continuité avec les danseurs auxquels il propose une liberté d’interprétation dans le processus de création.


TENWORKS (for Jean-Paul), une œuvre hommage

Pour TENWORKS (for Jean-Paul), le Théâtre de l’Agora a accueilli vingt danseurs venus de la compagnie d’Emanuel Gat et du prestigieux Ballet de l’Opéra de Lyon. La création est composée de dix pièces qui ont leur coloration propre avec un enchaînement astucieux – entrée de scène des danseurs de la pièce suivante et partage du plateau ; le chorégraphe insuffle une vitalité : « J’ai l’image d’un album de musique où il y a dix pistes et où une logique prévaut avec des chansons de deux - trois minutes qui se succèdent. » Le premier tableau avec la musique de Nina Simone introduit l’ensemble des danseurs par traversées avec des mouvements mis en relief au centre du plateau ; ils sont de nouveau réunis pour la dernière pièce. Nous assistons à des rencontres, de beaux duos, le classique et le contemporain sont assemblés. Différentes temporalités et interactions, notamment par des échanges de longs regards, sont explorées. L’index levé au ciel est répété, on pense à la célèbre toile Saint Jean-Baptiste de Léonard de Vinci et à la symbolique du mystère de la création. Dans certains passages, on voit la musculature des danseurs, les expressions des visages. L’œuvre apporte de la fraîcheur, une légèreté, des moments de gravité sont parfois perceptibles ; les pièces sont poétiques, imprégnées de sentiments, il y a un effet de théâtralité. On perçoit l’entente sur scène, une osmose. La musique va de Bach à des sonorités jazz, en seconde partie, des instruments – pianos, tubas, clarinettes, font leur apparition sur scène avec des musiciens en live qui interprètent des compositions d’Emanuel Gat.


Au-delà des frontières de création

L’idée d’une création commune est venue de Yorgos Loukos, directeur du Ballet de l’Opéra de Lyon. Il a souhaité unir les deux compagnies. TENWORKS (for Jean-Paul) est le résultat d’une nouvelle façon de créer avec des danseurs venus du public et du privé. L’œuvre est novatrice par l’approche du chorégraphe : « Nous sommes dans un contexte où il y a une frontière entre les institutions, les structures et les compagnies, dans une réalité où les ressources artistiques et de production sont séparées, cloisonnées voire divisées. C’est une logique du XIXe siècle. Le monde a changé et la manière dont on crée la danse, surtout ces vingt dernières années. L’écart en terme d’esthétique, de vision qu'il pouvait y avoir, il y a vingt ans entre un ballet national et une compagnie indépendante n’est plus le même. » Emanuel Gat inscrit également son travail en lien avec des interrogations éthiques et morales, il souhaite établir des liens au niveau sociétal pour rassembler les gens. Certains titres des pièces sont associés aux prénoms de danseurs, il s’agit d’hommages aux interprètes de la danse. : « On ne crée pas l’art dans le vide. TENWORKS pour Jean- Paul, c’est le résultat d’une relation de neuf années. Jean-Paul Montanari m’a accordé un espace, laissé prendre des risques, sans poser des limites. C’est le même rapport avec les danseurs, pour leur permettre de développer leur potentiel créatif et humain. »


Pour Emanuel Gat, la danse doit se renouveler avec une vision plus collective et moderne. Chaussettes colorées, pieds nus, baskets, chaussons de danse, vêtements longs courts ; écriture de la danse… TENWORKS (for Jean-Paul) est une réussite. Par son mode de création, Emanuel Gat fait partie du mouvement des Explorateurs de territoires nouveaux : « J’attends de mon travail qu’il me surprenne comme il peut surprendre le public. » Le jeudi 6 juillet, le chorégraphe offre au public montpelliérain une présentation d’un Workshop international issu d’un travail réalisé pendant une semaine avec des danseurs professionnels venus du monde entier. Par son offre créative dans la ville, Emanuel Gat aura marqué cette édition du Festival Montpellier Danse.

Fatma Alilate

TENWORKS (for Jean-Paul) d’Emanuel Gat

Théâtre de L’Agora – Montpellier

Chorégraphie, lumière, costumes : Emanuel Gat

Musique : Yann Robin, Fred Duru, Awir Léon, Joachim "JKid" Souhab, Emanuel Gat, G. Ligeti, J.S. Bach

Musicien live : Alain Billard interprète Art Of Metal II de Yann Robin, pour clarinette contrebasse métal et dispositif électronique

Avec : Jacqueline Bâby, Kristina Bentz, Edi Blloshmi, Thomas Bradley, Robert Bridger, Adrien Delépine, Tyler Galster, Pansun Kim, Péter Juhász, Caelyn Knight, Michael Löhr, Graziella Lorriaux, Geneviève Osborne, Marco Merenda, Leoannis Pupo-Guillen, Raul Serrano Núñez, Karolina Szymura, Milena Twiehaus, Sara Wilhelmsson, Daniela Zaghini

Production Emanuel Gat Dance, Opéra de Lyon

Coproduction Festival Montpellier Danse 2017, Milena et Michael Maison de la Danse de Lyon


Programme Festival Montpellier Danse : www.montpellierdanse.com

Réservation, information : 0 800 600 740


Séances Cinéma Brilliant Corners, excerpts and interview Sunny : Mercredi 5 juillet à 14 heures, Salle Béjart – Agora, en présence d’Emanuel Gat, entrée libre dans la limite des places disponibles.

Présentation publique du Workshop international : Jeudi 6 juillet à 22 heures dans la Cour de l’Agora, entrée libre sur inscription.