Pour cette dernière journée des Rencontres autour du film ethnographique, le festival vous donne rendez-vous dans deux lieux : La Vignette dans la journée et La Fenêtre pour la soirée de clôture.

Montpellier : Dernière journée des Rencontres autour du film ethnographique

 Dés 9h30, découvrez le documentaire Welcome to Fukushima d'Alain de Hailleux. Le documentaire présente la vie des habitants de Minamisoma, une ville au bord de la zone d'exclusion, à 20 km de Fukishima, entre octobre 2011 et août 2012. Pas assez contaminée pour être évacuée, malgré sa proximité avec la centrale éventrée, les habitants s'interrogent pendant 2 ans sur leur futur de leurs enfants et de leur ville presque millénaire. Claude Gibert, Directeur de recherche émérite au CNRS et spécialiste des crises et des risques collectifs, présentera ce film autour de la thématique : Gestions et représentations locales d’une catastrophe.

À 14h, Antoine Malinas et Renée Manelli vous présenteront La voix de l'encre. La voix de l'encre lève le voile sur un des secrets les mieux gardés de l'artisanat japonais : le tatouage traditionnel ou irezumi. À travers le quotidien d'une des dernières familles de tatoueurs et d'une galerie de personnages, le film est une plongée dans l'univers troublant de ce fils illégitime de l'estampe.

À 19h30, Julie Savelli, Maître de conférences en études cinématographiques à l’université Paul Valéry (Montpellier 3), présentera les films qui clôtureront ces Rencontres autour du film ethnographique. Hashima mon amour d'Aurélien Vernhes-Lermuriaux sera le premier film projeté. L'action se situe au large de Nagasaki, à Hashima, île désaffectée qui fut une importante exploitation minière jusqu’au jour où sa population en fut brutalement expulsée en 1974. Le cinéaste collecte des archives sur cette vie révolue. Il arpente ces ruines comme il arpente sa mémoire à la recherche d’une image manquante. Vous pourrez ensuite découvrir Village modèle de Hayoun Kwon. Ce film vous offre un voyage par procuration dans un village de propagande nord-coréen : l’artifice du dispositif répond à la mascarade politique. Puis A choice maybe not de Wu Man qui parle de la difficulté de faire des choix dans une société s’ouvrant à la consommation. Et enfin Promesse de Jero Yun, le film raconte l'histoire d'une mère dont l'enfant a disparu, il y a neuf ans, mais qui ne perd pas espoir.