Montpellier - Danse : Solo de Philippe Decouflé à l’Opéra Comédie

« Enfant je rêvais de devenir dessinateur de BD. Le dessin est souvent au départ de mon processus de création. Je jette des idées, croque des images qui me passent par la tête. Ma culture, c’est la BD, la comédie musicale, la danse dans les boîtes de nuit, et... Oskar Schlemmer, chorégraphe du Bauhaus. La découverte des photos des personnages de son Ballet triadique a été une révélation. J’avais envie, depuis longtemps, de travailler avec des formes géométriques simples : un cube, un triangle, cela me plaisait d’observer comment ces lignes, ces volumes, se comportaient entre eux. Alwin Nikolaïs m’a enseigné l’importance de la lumière et du costume, l’assurance qu’on pouvait tout mélanger. Techniquement c’est Merce Cunningham qui m’a le plus formé à la danse. A New-York, j’ai suivi les stages de vidéo que lui-même donnait : passionnant. J’y ai appris à maîtriser les problèmes de distance et de géométrie, les règles élémentaires de l’optique et du mouvement. »

Philippe Decouflé, Chorégraphe, danseur


Philippe Decouflé, le célèbre chorégraphe qui a signé la chorégraphie des Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville en 1992, présente Solo à l’Opéra Comédie. Philippe Decouflé danse ici à la première personne. Mais il ne chorégraphie pas son ego. Il donne des fragments d’existence et de sensations où chacun peut se bricoler un portrait. Son Solo est un « je » de bascule, entre lui et nous. Sa vie, son œuvre ? On s’en fiche. Le Solo est très vaguement autobiographique. Mais il parle au cœur humain. Imaginez ainsi dix doigts filmés en gros plan sur une table, soit deux mains baladeuses qui virevoltent et donnent le tempo. Cela n’a l’air de rien, à l’écrit, mais la scène est tellement forte que plusieurs spectateurs se sont évanouis ! Songez encore qu’un festival de caméras et d’écrans « kaléidoscopent » Decouflé jusqu’à l’infini... Le voici transformé en maître de ballet aquatique où il constitue, à lui seul, la médusante ribambelle de beautés en maillot de bain. Et ce n’est qu’un début, le spectacle continue. « Le doute m’habite », explique le chorégraphe en ouverture du Solo. Un spécialiste de la question et du sujet, René Descartes, l’avait dit avant lui : « Je ne suis pas cet assemblage de membres que l’on appelle le corps humain ». Je danse donc je suis, c’est un apport incontestable de Decouflé à la philosophie.


Solo – Philippe Decouflé

Opéra Comédie

11 Boulevard Victor Hugo - Montpellier

Philippe Decouflé, direction artistique et interprétation

Joachim Latarget, musique

Patrice Besombes, lumières

Claire Thiébault, son

Jean-Pierre Verbraeken

Mardi 21 mars 2017 à 20 heures

Mercredi 22 mars 2017 à 19 heures

Jeudi 23 mars 2017 à 20 heures

Tarifs : 20 € à 35 €.

Billetterie - Réservation : 0 800 600 740

www.montpellierdanse.com