Montpellier : « Dança duente » de Marcelo Evelin à hTh Grammont

« L’idée est née d’une sorte de fascination pour l’univers de Tatsumi Hijikata, figure pionnière de la danse butô. Depuis 2008, des images de lui et de sa proposition esthétique influence mon travail. La pièce a été développée depuis avec deux questions cruciales qui sont dans le titre. La première est l’idée de « Danse ». Qu’est ce que la danse aujourd’hui ? Que pouvons-nous faire avec la danse ? Comment penser la danse comme activation d’un état corporel qui conduit à un état en commun ? La danse est un type de point de vue qui est déterminant pour la politique et la conjoncture artistique du monde. () L’autre question est l’idée de maladie. « Malade » dans le titre vient du dernier travail de Hijikata dans son livre appelé Ailing Dancer. Un livre que je n’ai jamais été en mesure de lire car il n’y a pas de traduction, mais que je peux imaginer d’après ce que j’entends. »

Marcelo Evelin


Un artiste brésilien inspiré par le Brésil et l’Europe

Marcelo Evelin est né dans l’État du Piauí au nord-est du Brésil. Ce chorégraphe, chercheur et performer vit et travaille à Amsterdam et à Teresina (Brésil). En Europe depuis 1986, Marcelo Evelin utilise la danse comme média et collabore avec des artistes qui se servent d’autres langages pour des projets qui incluent le théâtre physique, la musique, la vidéo, l’installation et le travail in situ. Créateur indépendant, il a fondé sa propre compagnie, Demolition Inc., et enseigne à l’École du Mime à Amsterdam où il accompagne également des étudiants dans leur processus créatif. Il organise des ateliers et des projets collaboratifs dans différents pays d’Europe, aux États-Unis, en Afrique, au Japon, en Amérique du Sud et au Brésil, où il est retourné s’installer partiellement en 2006. À Teresina, la capitale de l’État du Piauí, il a créé le Núcleo do Dirceu, un collectif d’artistes et une plateforme indépendante pour le développement et la recherche sur les arts du spectacle vivant contemporain, un projet qu’il a coordonné jusqu’en 2013. Ses spectacles Matadouro (2010) et De repente fica tudo preto de gente (2012) sont actuellement présentés dans des festivals et théâtres au Brésil et à l’étranger.


Dança duente, une danse-symptôme

Marcelo Evelin considère ici la danse comme une maladie ou, plus précisément, comme un symptôme de ce moment où le corps altère sa perception de lui-même, se sent infecté par le monde, traversé par des forces qui le vident et le rebutent. L’artiste emprunte au créateur du butô Hijikata Tatsumi quelques écrits, une imagerie surtout, des situations dansées dont émane peu à peu, lovée entre fascination et fiction, une somptueuse fantasmagorie. Le travail sur les costumes et la lumière compose avec le geste et les corps des neuf interprètes, de tous horizons et de toutes générations, une véritable stylistique picturale dans l’espace du vivant. Une langue imaginaire s’élève de l’air qui se lézarde, un chuchotement se glisse dans les fissures pour nous livrer quelques mots de la sœur siamoise de la vie : la mort. Sur une composition sonore de Sho Takiguchi proche de la transe, ce sont différents lieux, plusieurs époques, le monde entier qui affleurent, ainsi qu’un univers invisible, celui des morts qui vivent en nous et nous (é)meuvent. Dans un rapport poreux, sensible et sensitif avec le public, la pièce prend l’allure d’une danse virale et contagieuse, qui advient comme une prémonition de la mort, tout en réaffirmant prodigieusement la puissance de la vie.


Dança duente (Danse malade) de Marcelo Evelin

hTh – Domaine de Grammont - Montpellier

Marcelo Evelin/Demolition Incorporada

Conception et chorégraphie : Marcelo Evelin

Collaboration à la création et danse : Andrez Lean Ghizze, Bruno Moreno, Carolina Mendonça, Fabien Marcil, Hitomi Nagasu, Marcelo Evelin, Márcio Nonato, Rosângela Sulidade, Sho Takiguchi

Dramaturgie : Carolina Mendonça

Collaboration artistisque : Loes van der Pligt

Lumière : Thomas Walgrave

Son : Sho Takiguchi

Recherches : Christine Greiner

Représentations : Dimanche 2 juillet et lundi 3 juillet à 20 heures

Tarifs : 5 à 22 euros

Réservation : 0 800 600 740

www.montpellierdanse.com