La modulation de vitesse uniquement pendant les heures de pointes (7h/9h et 17h/19h) sur l’A9 à Montpellier a été mise en place en juillet 2012. L’Etat a fait le choix de cette expérimentation pour répondre aux usagers qui dans le cadre de la concertation sur le déplacement de l’autoroute, avaient alors mis en avant la sécurité, avec notamment les risques de collision à ces horaires.

Montpellier : bilan sur l’expérimentation de modulation de la vitesse sur l’A9

Un peu plus d’un an après sa mise en place, voilà le bilan de cette expérimentation :
- La vitesse moyenne a baissé  de 7,5 km/h, ce qui a pour eu pour conséquence :
   . une diminution du risque d’accident et de leur gravité
   . une légère baisse de la congestion
   . une pollution moindre et des économies de carburant pour les conducteurs

- La technicité du système est maîtrisée : l’adaptation à la modulation de vitesse des panneaux d’annonces de vitesses et des appareils de contrôles de la vitesse a nécessité une importante technicité (1ère en France). Malgré les quelques dysfonctionnements de mise en route et de  vandalisme, aucun automobiliste n’a été abusivement verbalisé

- la signalisation spécifique été comprise par les usagers: les usagers ont globalement compris et respecté le système de la modulation. Le nombre d’infractions relevées par les contrôles automatisés est resté stable pour le radar pré-existant dans le sens Narbonne/Nîmes. Le nouveau radar placé dans l’autre sens a flashé de manière équivalente. Le nombre de verbalisations représente moins de 0,1% du trafic.


Conclusion
Le bilan positif de la modulation conduit à maintenir le système en place jusqu’en 2014 à la date du début des travaux du déplacement de l’A9. En effet, ce chantier nécessitera alors un abaissement de la vitesse maximale autorisée à 90km/h toute la journée, voire 70km/h très ponctuellement sur les parties en chantier.


Le saviez vous?
Rouler à 90km/h au lieu de 110km/h ne vous fait perdre qu'une minute sur la section modulée.