Montpellier : Abdelkader Benchamma au Carré Sainte-Anne



Abdelkader Benchamma est né en 1975 dans le Tarn, il utilise comme principal médium le dessin. Son talent a été remarqué par la styliste Agnès b qui l’a exposé dès 2005. En 2015, cette étoile montante de l’art contemporain sera à l’affiche du Drawing Center, à New York.



A Sainte-Anne, Abdelkader Benchamma sacralise la lumière

L’exposition Le soleil comme une plaque d’argent mat a été réalisée par Abdelkader Benchamma, ses œuvres habitent Sainte-Anne, cette ancienne église néo-gothique reconstruite au XIXe siècle dont on perçoit de très loin le clocher. Voûtes, colonnes, orgue, nef majestueuse… Sainte-Anne est tout simplement magique et offre un écrin unique aux créations de l’artiste.

Il s’est certainement plu à jouer avec les espaces, la luminosité des vitraux pour offrir au public une atmosphère mystérieuse qui questionne et invite dans un autre monde où la méditation est reine.


L’univers de l’artiste…

Les traits noirs courent sur les murs blancs dessinant des histoires qui semblent inachevées. Le visiteur cherche. Sur un panneau, l’on pourrait croire que l’aventure continue à l’arrière d’un trou obscur. L’artiste a probablement été nourri par la bande dessinée, des lectures de romans de science-fiction. Il se passionne pour l’astrophysique, et il se révèle aussi penseur par certaines annotations de ses dessins ou préparations : « … La chute est une réalité psychique de toutes les heures. » A l’évidence, Abdelkader Benchamma s’interroge sur la condition existentielle.


Sensibilisation aux ressources de la nature

La fin du monde, tout comme la nature ou l’environnement sont des thématiques possibles : Big Bang, explosions, gamètes, roches, marbre, pierre… Les fragilités de notre écosystème pèsent sur l’avenir de l’humanité.

La nef de Sainte-Anne est volontairement entravée par une installation qui représenterait une feuille de papier déchirée, l’on peut y voir aussi une « montagne » aux contours bruts qui fait face au visiteur et surprend. Sa structure interne est visible et de part et d’autre, Abdelkader Benchamma livre ses réflexions par des créations oniriques.


Noir sur blanc et finesse du trait

L’artiste dessine avec des feutres noirs, des marqueurs, de l’encre ou des fusains sur des supports tels que le papier, d’immenses panneaux... Le volume est travaillé, ici ou là apparaissent des protubérances, des jeux d’optique d’où jaillit une impression troublante. L’artiste pourrait être un artisan qui cisèle la pierre, coupe finement la matière pour mieux la faire émerger dans la brillance de ses différentes strates.


Un artiste mystérieux

Abdelkader Benchamma fait cheminer dans un certain flottement. Qui est-il ? Pourquoi crée-t-il ? Conteur, il nous transpose dans des univers où tout est décloisonné, incertain. L’imaginaire fait écho à un sentiment d’étrangeté.


L’exposition Le soleil comme une plaque d’argent mat est un décor qui s’harmonise à Sainte-Anne. Les ombres, sortes d’écritures, pourraient évoquer par certains motifs les « Noirs » d’Odilon Redon dans lesquels le rêve se mêle au fantastique. La lumière, le soleil, l’espoir se reflètent aussi sur cette scène-paysage signée Abdelkader Benchamma, dont les œuvres sont à découvrir jusqu’au 30 novembre.

Fatma Alilate

Texte et photos


Abdelkader Benchamma – Le soleil comme une plaque d’argent mat

Carré Sainte-Anne

2 rue Philippy

34000 Montpellier

Tél. : 04 67 60 82 11

Ouverture de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h

Entrée libre

Jusqu’au 30 novembre

Commissaire de l’exposition : Numa Hambursin