La rentrée littéraire 2015 sera remarquable à la médiathèque centrale Emile Zola, avec une kyrielle d’auteurs phares pour cette nouvelle saison des Rencontres organisées en partenariat avec la librairie Sauramps. Carole Martinez, Eric Emmanuel Schmitt, Monique et Michel Pinçon-Charlot, André Comte-Sponville, Aldo Naouri et Boualem Sansal reviennent également à la médiathèque pour de très belles rencontres en perspective.

Médiathèque centrale Emile Zola : Les Rencontres font leur rentrée !

Au programme :

• Mardi 29 septembre à 18h30 - Grand auditorium
Eric-Emmanuel Schmitt pour la sortie de son livre La nuit de feu (Albin Michel)
Traduit en 50 langues et joué dans autant de pays, Éric-Emmanuel Schmitt est l’un des auteurs français les plus lus et les plus représentés dans le monde. « Je suis né deux fois, une fois à Lyon en 1960, une fois dans le Sahara en 1989 ». Dans La nuit de feu, il nous raconte cette deuxième naissance.

• Vendredi 2 octobre à 18h30 - Grand auditorium
Monique & Michel Pinçot-Charlot Tentative d’évasion fiscale (zones)
Ces deux sociologues en bande organisée que sont Michel Pinçon et son épouse Monique Pinçon-Charlot ont coécrit la majeure partie de leurs nombreux ouvrages. Dans leur dernier livre Tentative d’évasion fiscale, ils traquent aujourd’hui un fléau souvent dénoncé mais toujours bien vivant. Même un ministre du Budget peut frauder le fisc !

• Vendredi 9 octobre à 18h30 - Grand auditorium
Félicité Herzog pour la sortie de Gratis (Gallimard)
Londres est le premier personnage de ce roman au large spectre, un Londres impressionnant de puissance économique, un Londres redevenu au début des années 1990 une capitale d’empire, même si son territoire a désormais l’allure d’un billet de banque mondial. C’est là qu’au début des années quatre-vingt-dix, Ali Tarac tente l’aventure après l’interruption de brillantes études à Paris.

• Samedi 10 octobre à 15h - Grand auditorium
André Comte-Sponville pour la sortie de C’est chose tendre que la vie : entretiens avec François L’Yvonnet (Gallimard)
Philosophe et enseignant, André Comte-Sponville, né en 1952, est l’auteur de nombreux ouvrages qui, par leur clarté et leur pédagogie, mettent la philosophie à la portée de tous. À travers ce dialogue, André Comte-Sponville, normalien, agrégé et docteur en philosophie, raconte son parcours personnel et professionnel. La forme de l’entretien amical avec un autre philosophe, François L’Yvonnet, permet une grande liberté dans le traitement de questions sérieuses.

• Mardi 13 octobre à 18h - Grand auditorium
Ciné’art les amis du musée Fabre
Projection du documentaire Le scandale impressionniste (François Levy-Kuentz – 2010, 53 mns)
Nouveauté de cette saison culturelle, les Amis du Musée Fabre, en partenariat avec la médiathèque centrale Emile Zola, proposent au grand public de découvrir une fois par mois des films, fictions ou documentaires, qui questionnent la création artistique. Le documentaire Le scandale impressionniste ouvre ainsi ce cycle « Ciné’Art ». Ce film retrace l’aventure d’une bande de jeunes peintres qui lancèrent dès 1874 une esthétique en rupture totale avec la peinture historique en vigueur dans les Salons officiels.

• Mercredi 14 octobre à 18h30 - Grand auditorium
Boualem Sansal pour la sortie de son livre 2084 : la fin du monde (Gallimard)
Boualem Sansal, né en 1949 dans un petit village algérien, enseignant et économiste de formation, a commencé à écrire en 1999 avec un premier roman Le serment des Barbares qui remporte un vif succès. Principalement romancier mais aussi essayiste, il est censuré dans son pays d’origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place. 2084 : la fin du monde, est un roman terrifiant qui s’inspire de celui de George Orwell, 1984.

• Vendredi 16 octobre à 18h30 – Grand auditorium
Aldo Naouri pour la sortie de Les couples et l’argent (Odile Jacob)
Après ses études de médecine effectuées en France, il ouvre un cabinet médical de pédiatrie à Paris en 1967 ; il ne le quittera que quarante ans plus tard, pour prendre sa retraite. Aujourd’hui à la retraite, il anime de nombreuses conférences, publie des ouvrages régulièrement et alimente son site. Dans ce dernier livre Les couples et l’argent, il interroge, à partir de son expérience personnelle et professionnelle, les relations à l’argent dans le couple. La manière dont il circule et la façon dont les partenaires en parlent lui permettent d’étudier les rôles sociaux des hommes et des femmes ainsi que la psychologie et les comportements de l’être humain.

• Mercredi 28 octobre à 18h30 – Grand auditorium
Hugues Romano autour de son livre La pierre qui parle (Lucie Editions)
Hugues Romano est médecin ophtalmologiste, spécialisé en imagerie ophtalmologique et en rétine médicale. Passionné par les problématiques de l’image, il donne régulièrement des conférences mêlant Histoire de l’Art et Histoire des Sciences autour de thèmes mêlant l’image et les phénomènes visuels. Cet ouvrage, qui est une tentative d’édification d’un alphabet roman et d’une méthode de lecture des chapiteaux, séduira sans nul doute le public par la richesse inestimable de ce patrimoine, exploré et photographié avec passion par son auteur.

Conférences organisées dans le cadre de l’année Internationale de la Lumière proclamée par l’UNESCO pour l’année 2015 à laquelle s’associe le réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole.

• Jeudi 22 octobre à 18h30 – Grand auditorium
Conférence par Michel Blay « Lumière et couleur au 18ème siècle »
Lors de cette conférence, le traité de Newton, Optique, publié en 1704, sera abordé avec ses développements ultérieurs, mais seront aussi évoquées les critiques apportées notamment par Castel, Marat et Goethe.

• Mardi 27 octobre à 18h30 – Grand auditorium
Conférence par Alain Cabantous « Ombres et lumières de l’éclairage urbain (17e-18e siècle) »
En 1667, lors de l’installation des premières « chandelles » dans les rues de Paris, un anonyme écrivait : « Il fait comme en plein midi ». Près d’un siècle après, Valois d’Orville pensait que, grâce aux nouveaux réverbères, « le règne de la nuit allait enfin finir ».
Si la progressive mise en place de l’éclairage public a bouleversé davantage la psychologie des habitants que le paysage urbain, elle n’a pas résolu pour autant les problèmes de sécurité, loin s’en faut, mais a instauré de nouvelles pratiques.
Agrégé d’histoire, docteur ès lettres, Alain Cabantous est professeur émérite d’histoire à l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Il est en outre chargé de recherche au CNRS. Ses sujets d’études englobent l’histoire sociale et religieuse de l’époque moderne et l’étude des mentalités de cette même période.