Magnificat à la Chapelle Royale, le livre-disque enregistré à l’Opéra Comédie

 

« Il est rare que l’on grave des Grands Motets à grand chœur parce que ce genre de composition ne peut être entendu que dans les églises ou dans les grands concerts… Ces sortes d’ouvrages restent donc en manuscrits que la négligence, la nouvelle manière de composer et le laps de temps font entièrement disparaître. (…) Si dans les siècles à venir, on peut continuer de faire des nouveaux progrès [en musique], il faut croire qu’on rendra justice aux ouvrages de Monsieur Blanchard. »

Marc-François Bêche – Les meilleurs Motets des compositeurs défunts, 1788


Enregistré en juillet 2016 à l’Opéra Comédie, dans le cadre du Festival Radio France Montpellier Occitanie, le disque Magnificat à la Chapelle Royale révèle le talent du compositeur oublié Antoine-Esprit Blanchard (1696-1770). Jean-Marc Andrieu, Chef d’orchestre, valorise la musique baroque méridionale, il a d’abord mis en lumière Jean Gilles (1668-1705), et il poursuit avec Antoine-Esprit Blanchard. Ce compositeur a été maître de musique à la Chapelle Royale du château de Versailles et il a participé au rayonnement de la musique sacrée du XVIIIe siècle. Son œuvre est composée d’une quarantaine de Grands Motets.


Un livre-disque à découvrir

Magnificat à la Chapelle Royale est une présentation de trois Motets dont deux inédits : De Profundis (1740), Magnificat (1741) et In exitu Israël (1749). Ces compositions illustrent des périodes de la vie créatrice du compositeur Antoine-Esprit Blanchard : esthétique classique dans la lignée de De Lalande et Campra, et modernisation des moyens musicaux sous l’influence probable de Mondonville. Les Passions, l’Orchestre Baroque de Montauban, et le Chœur de chambre Les Éléments accompagnent la soprano Anne Magouët et trois chanteurs (haute-contre, ténor et baryton). L’ensemble est dirigé par Jean-Marc Andrieu à la tête de la formation musicale Les Passions qui pratique des instruments d’époque. Cet homme œuvre pour le patrimoine musical et il restitue les œuvres méconnues de compositeurs méridionaux. C’est le ténor, Bruno Boterf, ému par l’originalité de la musique du compositeur Antoine Esprit Blanchard, entendue à la radio, qui constata le peu de partitions éditées et qui fit part de sa déception à Jean-Marc Andrieu. Celui-ci a fait de nombreuses recherches, enthousiasmé, il partage ses découvertes et son travail avec le public.


Antoine-Esprit Blanchard, un compositeur du XVIIIe siècle

Le compositeur, né en 1696 dans l’actuel Vaucluse, a essentiellement conçu des Grands Motets, qui sont des pièces vocales religieuses soutenues par des instruments. Les partitions sont conservées à la Bibliothèque Nationale de France, Jean-Marc Andrieu restitue les motets d’Antoine-Esprit Blanchard dont l’originalité est due aux rythmes « dansés ». Pour le chef d’orchestre, ce sont « les témoins d’un siècle en grande mutation esthétique ; l’une des grandes réussites de ces œuvres aura été d’avoir su concilier expression moderne et majesté du sujet ». Le talent du compositeur a été reconnu très tôt. A vingt et un ans, Antoine-Esprit Blanchard est maître de musique. En 1738, il est promu à la Chapelle Royale de Versailles. Mozart a assisté à une de ses représentations et Jean-Jacques Rousseau a croisé son chemin, Louis XV le fit anoblir. A Versailles, il composa un Te Deum qui célébra, en 1745, la victoire de Fontenoy. En 1768, deux ans avant de s’éteindre, il réalisa la musique des funérailles de la Reine Marie Leczinska, épouse de Louis XV. Antoine-Esprit Blanchard aura fait une grande partie de sa carrière dans un des lieux les plus prestigieux du Royaume : la Chapelle Royale de Versailles où furent célébrés les baptêmes et les mariages des Enfants de France, de 1710 à 1789.


Les motets à grand chœur introduits par Louis XIV étaient joués pour les offices quotidiens : messes du roi et de la reine, célébrations de la famille royale… Le livre-disque Magnificat à la Chapelle Royale – Antoine-Esprit Blanchard propose un livet très complet de 52 pages en français, anglais, et en latin pour les textes chantés. La couverture représente le décor peint de la chapelle de Versailles ; on y découvre des partitions, des photographies du concert à l’Opéra Comédie, des analyses historiques et biographiques. Le disque se réécoute et emmène à la Chapelle Royale, sous Louis XV, pour une musique au-delà du sacré…

Fatma Alilate

Livre-disque Magnificat à la Chapelle Royale – Antoine-Esprit Blanchard

Avec Anne Magouët, François Nicolas Geslot, Bruno Boterf, Alain Buet, Chœur de chambre Les Éléments, et l’Orchestre Les Passions sous la direction de Jean-Marc Andrieu

www.les-passions.fr


Article précédent :

Magnificat pour Louis XV, un concert-invitation à Versailles…

http://www.toutmontpellier.fr/montpellier-magnificat-pour-louis-xv-un-concert-invitation-a-versailles--134758.html