La saison Montpellier Danse sous le signe du départ de Rodrigo García


« Rodrigo García est un grand ami, qu’il ne fasse pas l’unanimité est le propre des grands artistes. En guise d’au revoir, nous allons partager des spectacles pour cette saison. »

Jean-Paul Montanari, directeur de Montpellier Danse



Cette nouvelle programmation de la Saison Montpellier Danse est marquée par trois spectacles communs avec hTh – Grammont. Rodrigo García quitte ses fonctions de directeur du CDN, fin décembre 2017 ; on regrettera sa générosité, sa programmation d’avant-garde, sa passion pour le théâtre. Cette personnalité attachante, accessible – les étudiants s’adressent à lui sans gêne, il est dans l’échange avec tous - a été un responsable du CDN très rigoureux, toujours présent pour accueillir le public même pour un concert ou une lecture. Jean-Paul Montanari est peiné de ce départ, et propose des spectacles en partage avec des artistes qui bousculent les codes. La Saison Montpellier Danse, ce sera aussi du hip hop au Corum, la venue de la talentueuse Blanca Li, Israël Galván, un hommage à Alain Buffard, des ateliers, des séances cinéma, des conférences, des rencontres avec les chorégraphes…


Les spectacles communs avec hTh – Grammont

A Montpellier, les 4, 5 et 6 octobre, c'est Boris Charmatz qui inaugure la saison par danse de nuit, un spectacle de plein air à la Place de l’Europe du quartier Antigone. Boris Charmatz, actuellement au Festival d’Automne à Paris, est un des plus grands talents actuels de la scène contemporaine. A la tête du Musée de la Danse de Rennes, il innove constamment et invite le public à participer à l’art chorégraphique par des propositions inédites loin des représentations conventionnelles. Le second artiste, Jan Fabre est une proposition de Rodrigo García, il était présent au Festival Montpellier Danse en 2000 ; sa renommée est internationale notamment pour sa performance sur le château de Tivoli qu’il avait couvert de panneaux gribouillés au stylo bille. Cet artiste protéiforme a été exposé au Louvre. Avec Jan Fabre, sur la scène du Théâtre hTh, l’humour disjoncté va déferler ! Les au revoir artistiques de Jean-Paul Montanari à Rodrigo García se termineront avec Raimund Hogue pour deux pièces graves et poétiques : Lettere amorose s’inspire du drame des migrants, et La valse est considérée par Jean-Paul Montanari comme « un des plus beaux spectacles de ces derniers mois ». Pour cette nouvelle Saison Montpellier Danse, le chorégraphe Fabrice Ramalingom est artiste associé.


Fabrice Ramalingom, un chorégraphe à l’approche sociologique

Cet ancien danseur de la Compagnie Bagouet est en résidence pour l’année. Ce sera une personne référente qui apportera un positionnement sur la danse. Originaire de la région parisienne, le chorégraphe questionne l’identité et le collectif, sa dernière pièce présentée au Festival Montpellier Danse invitait à la découverte du Brésil par les trajectoires familiales et personnelles de trois danseurs. Fabrice Ramalingom est un proche de Jean-Paul Montanari : « Il y a des échanges quotidiens. On essaie de voir ce qu’il se passe dans l’art chorégraphique, comment on peut davantage s’ouvrir à la ville. » Le chorégraphe va étudier plusieurs thématiques comme celle des migrants : « Dans la danse, on circule librement et facilement, précise-t-il. C’est en contradiction avec la société. » Trisha Brown (1936-2017), figure de la danse post-moderne, bénéficiera d’une recherche qui pourrait constituer un récit dont la forme est à définir. Une réflexion sera aussi menée pour l’accompagnement du public dans une meilleure compréhension des pièces et des artistes. My (petit) Pogo qui sera à l’affiche de la saison se veut d’ailleurs didactique, Fabrice Ramalingom a beaucoup travaillé avec les scolaires. Il s’agit d’une conférence joyeuse par laquelle des mouvements inventés créent une chorégraphie.


Montpellier Danse 2017-2018 vous invite également à des rencontres autour de la recherche sur le SIDA, une conférence sur la danse sud-américaine, des répétitions accessibles au public... Seize films à entrée libre permettront d’éclairer les parcours de chorégraphes. Sont également annoncés à la programmation Kader Attou et Mourad Merzouki dont chacun des spectacles hip hop fait un malheur à Montpellier, le duo Sébastien Ramirez et Honji Wang qui est basé à Perpignan mais vit essentiellement à Berlin. Fin 2017, Rodrigo García quitte la scène montpelliéraine, Jean-Paul Montanari qui a été un de ses soutiens lui rend hommage par des choix artistiques courageux à l’image du dramaturge.

Fatma Alilate

Saison Montpellier Danse 2017-2018

www.montpellierdanse.com

Information, réservation : 0 800 600 740