Le Président de la Région Languedoc-Roussillon a annoncé ce jour la création d'un groupe de travail piloté par Jean-Claude Gayssot, vice-président de la Région, composé d'élus et de représentants de l'administration régionale, et chargé de proposer l'ensemble des actions et des montants qui seront destinés à l'accueil des réfugiés. Cette feuille de route sera soumise au vote lors du prochain Conseil Régional, le 23 octobre 2015.

La Région Languedoc-Roussillon s'engage pour les réfugiés

Le Président de la Région a déclaré :

« Nous ne pouvons rester les bras croisés face à une telle urgence humanitaire. Chacun, au plus profond de soi, sait à quel point la situation que vivent ces réfugiés est terrible. Ils ne perdent pas seulement leur maison, ils perdent leurs repères, leurs projets, leurs racines. Il est impensable de rejeter ces femmes, ces enfants et ces hommes ou de réclamer leur retour dans leur pays d'origine ! Sommes-nous devenus individualistes, nombrilistes, effrayés au point de ne plus savoir tendre la main ? Avons-nous perdu tout sens non seulement de fraternité, mais également d'humanité ?

Je souhaite engager ma région, le Languedoc-Roussillon, dans le plus beau des combats : aider toute personne à se construire, à reprendre confiance et avoir une foi inébranlable en l'avenir parce que nous donnons à tous, sans distinction d'origine, de couleur, de confession, les moyens de sa propre réussite et les clés de la connaissance.

C'est pourquoi j'ai demandé à Jean-Claude Gayssot, à mes élus et à mon administration, à travers un groupe de travail, de me fournir une feuille de route détaillée d'actions venant aider les communes et les associations impliquées dans l'accueil de réfugiés que nous adopterons lors du prochain Conseil régional du 23 octobre. Je vous dévoilerai ces actions dès réception des conclusions du groupe de travail. C'est une action concertée et efficace que je veux privilégier.

D'ici là, nous serons bien entendu aux côtés de tous face à cette urgence. Le Languedoc-Roussillon s'est construit grâce à ces femmes et à ces hommes qui ont fui leur pays pour faire de notre région ce qu'elle est aujourd'hui. Ne tournons pas le dos à l'Histoire ».