Exposition du 25 mars au 2 mai au Carré St Anne

La passion de Stéphane Pencréac'h

 

La passion de Stéphane Pencréac'hInvestir le Carré Saint Anne était une des envies majeures de Stéphane Pencréac’h. Après les prestigieuses galeries d’Anne de Villepoix à Paris, de Daaneyal Mahmood à New York et Postführamt à Berlin, l’artiste de 40 ans est tombé sous le charme de cette ancienne église devenue un espace de rencontres artistiques. Voilà déjà près d’un an qu’il travaille au projet de cette exposition dans le cadre d’une carte blanche accordée à la galerie Hambursin-Boisanté. Et son sujet ne pouvait être que la « passion », thème décidément opportun dans un décor fortement marqué par l’empreinte religieuse.

 

La religion tient une place de choix dans l’exposition de Stéphane Pencréac’h : mémoire de la passion christique et actualité brûlante se côtoient dans des toiles aussi évocatrices qu'une cruxifiction et qu'une évocation de Jérusalem. Mais, déjà, l’artiste dépasse les considérations religieuses pour offrir une vision toute personnelle « sa » religion : loups-garous, vampires et autres monstruosités émergent des tableaux comme pour happer au passage le spectateur qui s’aventurerait trop près. Pencréac’h revisite l’Ascension en présentant des hommes-sculptures lévitant la tête en bas dans l’espoir illusoire d’atteindre le ciel.  Le propos reste osé même si St Anne est désacralisée depuis une vingtaine d’années. Mais peu importe de choquer : l’essentiel réside dans l’exploitation du potentiel artistique du lieu, dans le jeu des formes, des textures, des symétries et dans les clins d’œil appuyés au patrimoine artistique.

 

Car, les références picturales abondent dans les toiles exposées : de Masaccio à Picasso, de Baudelaire à Freud,  Pencréac’h montre l’étendue de ses connaissances en matière d’histoire de l’art. Sans néanmoins se laisser étouffer par ses modèles. Son art est une « invitation au voyage », quel que soit le niveau de lecture du spectateur. Son exposition propose un état des lieux des passions contemporaines au miroir des "passions" de jadis. Autour d’une colonne vertébrale étonnante où la souffrance du Christ est le vis-à-vis d’un Dark Vador tout droit sorti de Stars War , Eros et Thanatos se font face sans néanmoins pouvoir se départager : c’est Salomé dont la jambe courbée semble inviter à ses risques et périls le spectateur aux joies de la passion charnelle face à un homme sans visage, tournant le dos au monde.Mais, que pensera le public de cet acte de foi artistique ?

 

             

18 heures. L’heure du vernissage approche,  la salle se remplit progressivement. Certains s’adossent aux poutres de marbre, contemplent en spectateurs avertis la peinture ;  de petits groupes discutent de la signification de telle ou telle toile; une petite fille s’extasie devant un mobile, qui dessine des ombres chinoises sur les murs.  Stéphane Pencréac’h a donc réussi son pari : faire de sa peinture un art « populaire ».

 

 

Exposition parallèle : 25 mars -30 avril

GALERIE HAMBURSIN-BOISANTE
15, bd du jeu de paume -34000 Montpellier
T. 04 67 84 43 17 / fax : 04 67 86 05 33
www.galeriehambursinboisante.com
Mar. - sam. 10h30 - 12h30 / 14h30 - 19h