Loin des néo-fanatiques qui battaient le pavé il y a quinze jours, ce groupe de personnes âgées conservent le goût de la rébellion, gardent l'esprit et les yeux ouverts en militant pour que la foi s'oriente vers une pratique humaniste et que le christianisme soit compris comme une éthique.

La bonne parole de catholiques favorables au mariage pour tous

Dans le débat sur le mariage pour tous la parole de l'Eglise semble avoir été monopolisée médiatiquement par les Frigide Barjot, Civitas et quelques évêques aux propos intolérables. Pourtant certains catholiques ne supportent plus que leur religion soit associée à une pensée rétrograde et une vision de la société archaïque. Parmi eux l'association Nous Sommes Aussi l'Eglise et sa section héraultaise. Membre fondateur de la Fédération Réseaux des Parvis regroupant près de 40 associations, le NSAE dénonce le fonctionnement de l'Eglise et se bat pour qu'elle fasse preuve de plus d'ouverture dans de nombreux domaines comme l'égalité totale entre hommes et femmes, le mariage des clercs et bien sûr le mariage pour tous.

Quelle sorte de catholiques êtes-vous ?
Nous sommes des catholiques militants. Nous n'avons pas quitté l'Eglise. C'est peut-être l'Eglise qui nous quitte. Il faut savoir que l'Eglise se retrouve aujourd'hui de plus en plus dans des petites communautés.

Etes-vous la Gauche de l'Eglise ?
Oui on peut nous voir comme ça. Mais nous sommes surtout des chrétiens engagés dans la société. Nous nous battons pour un progrès. En ce moment avec le débat sur le mariage pour tous il y a des tensions entre chrétiens dans nos paroisses.

Vous êtes favorables au mariage pour tous, qu'en est-il de l'adoption et de la PMA ?
Le problème principal pour beaucoup de catholiques ce n'est pas forcément le mariage, c'est l'adoption et la PMA. Le mariage c'est un choix d'amour et avoir un enfant est un signe d'amour. Avoir un enfant, pouvoir l'élever et l'aimer c'est ce qu'il y a de plus important. Il y a des familles hétérosexuelles où l'on ne s'occupe pas de l'enfant. Et il y a des célibataires qui adoptent. C'est scandaleux de dire que l'on va supprimer dans le Code Civil les termes de père et mère et les remplacer par parent 1 et parent 2. Ce n'est pas vrai, ce sont des chimères. Que des chrétiens utilisent ça et mentent cela me fait mal au coeur.

Que pensez vous de l'engagement public de l'Eglise contre une loi civile ?
On est respectueux de la conscience des gens, que des chrétiens se positionnent d'accord mais que l'Eglise s'engage... Que fait-elle de la laïcité ? Aujourd'hui quand on voit les marches organisées en France, on se demande où est la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Quand on entend ce que dit l'évêque Barbarin comme quoi le mariage pour tous conduirait à la polygamie et à l'inceste ou l'archevêque de Clermont-Ferrand Hippolyte Simon qui veut rentrer en dissidence. En dissidence de quoi ? De la démocratie ?

La liberté de conscience ne doit-elle pas jouer dans ce débat ?
D'après les textes de Vatican II, il a été réaffirmé que le dernier ressort reste la liberté de conscience de chacun. Théoriquement c'est très beau mais dans l'application...

Les opposants au mariage pour tous s'appuient sur la Bible, votre réaction.
Ils s'appuient à chaque fois sur le début de la Genèse. Dieu a créé l'homme et la femme en leur disant croissez et multipliez-vous. Donc c'est le couple. La position de l'Eglise s'appuie là dessus. Mais personne n'a nié qu'il fallait un ovule et un spermatozoïde pour faire un enfant.
La Bible est une histoire romancée, ce n'est pas la parole divine. Ce sont des hommes inspirés ou pas qui l'ont écrite. Notre foi repose sur les Evangiles qui reposent sur la vie de Jésus. Jésus voulait faire changer la loi de son Eglise juive qui était dogmatique. D'ailleurs quand on lit l'Evangile, Jésus s'intéresse à la vie des hommes et à vouloir améliorer les choses. Il s'intéresse au cas humain et à vouloir vivre en société. On peut faire un parallèle avec Martin Luther King qui s'est intéressé au peuple noir et qui voulait améliorer leur place dans la société. Ce qui est important, c'est l'humain dans notre société et non toutes ces discutions dogmatiques.

Comment expliquez-vous que l'Eglise soit aussi en retard sur la société ?
C'est une institution qui pense ce qui est bien et mal. Ils ont le dépôt de la parole de Dieu. Nous on le conteste. Il faut lire la Bible d'une façon critique car elle a été écrite à une certaine période de l'Histoire, dans une société bien fixée qu'il faut connaître. A notre époque, il faut une Eglise de dialogue. Ce qui est important, c'est de partir de la vie et travailler à plus d'humanisation. Dans les Evangiles, quand il y a des problèmes, Jésus part toujours de la vie. Ce n'est pas la loi ou la coutume qui devient la règle, c'est la vie. Le philosophe Michel Serres a ironisé sur la Sainte Famille en disant que « Joseph n'était pas le père de Jésus et que Marie si on avait su qu'elle avait eu un enfant en étant vierge elle aurait été lapidée. Donc c'était l'adoption par l'amour ». L'Eglise n'a pas les yeux ouverts et les pieds sur terre.