Du 28 novembre au 6 mars 2015, le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole accueillera l’exposition « Senufo – Art et Identités en Afrique de l’Ouest ». Et c’est une première. Jamais depuis sa création, le musée Fabre n’avait encore mis en valeur l’art africain. Cela constitue, par ailleurs, l’unique étape française et européenne de cette exposition internationale, organisée par le Cleveland Museum of Art et nourrie des recherches de Susan Elizabeth Gagliari, maître de conférences à l’université d’Emory à Atlanta. C’est dans le cadre du réseau franco-américain de musées, FRAME (French Regional American Museum Exchange), que l’exposition est présentée. Le 27 nov embre, se tiendront une visite presse à 14h30 et un vernissage à 18h.

L'art senufo s'expose au musée Fabre

160 pièces issues des grandes collections publiques et privées d’Europe et d’Amérique du Nord

Masques, statues, objets, photographies…ce sont 160 objets, datées des XIXème et XXèmesiècles et majoritairement d’artistes qui n’ont pu être identifiés, que le public pourra découvrir. Prêtée par les grandes collections publiques et privées d’Europe et d’Amérique du Nord, cette riche production a fait l’objet de nombreuses études depuis les années 1930 et est aujourd’hui l’une des plus appréciées d’Afrique subsaharienne. Elle invite à entrer dans l’univers des sociétés initiatiques du poro et du sandogo dans le nord de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Burkina Faso, populations identifiées sous le terme « senufo ».

Parmi les prêts majeurs, une paire de figures féminine et masculine, monumentale (elle mesure 1,15 mètre de haut), constitue sans doute le plus important. C’est l’une des pièces les plus célèbres de l’art senufo, dont elle incarne l’essence même : la complémentarité entre homme et femme. Toute aussi symbolique, l’œuvre  Maternité, prêtée par le Cleveland Museum of Art, représente une femme assise sur un tabouret allaitant son enfant. Plus que la scène elle-même, cette pièce, très rare, renvoie à l’ancêtre fondateur de l’association poro, laMère primordiale, qui protège sa population comme des enfants. Plusieurs masques heaumes, dont les fonctions divergent, seront également pr&eacute ;sentés au sein de l’exposition. L’un d’eux, conservé au Newark Museum, représente les masques portés lors des rites funéraires. Un second, variante des masques zoomorphes était, quant à lui, utilisé pour chasser les mauvais esprits. Ce n’est pas le seul objet auquel l’on prêtait des pouvoirs magiques. Une figure anthropomorphe, utilisée non pas pour chasser les mauvais esprits mais pour désigner les criminels et autres personnes susceptibles de menacer l’harmonie de la société, sera également présentée.

L’Art senufo, source d’inspiration pour des artistes visionnaires

C’est au début du XXème siècle que les objets africains commencèrent à être perçus comme des objets d’art, et non plus comme des artefacts ethnographiques. Des marchands, des collectionneurs mais aussi des artistes de l’avant-garde européenne comme Fernand Léger, dont une œuvre sera également présentée,  s’enthousiasmèrent pour ces sculptures, aujourd’hui identifiées comme senufo et devenues modèle de l’art africain dans sa globalité.


Le Réseau Frame, partenaire de l'exposition

Depuis quinze ans, le réseau FRAME (French Regional American Museum Exchange) contribue à faciliter l’organisation d’expositions, à développer des programmes éducatifs et à encourager les échanges entre professionnels. Vingt-six des plus grands musées régionaux français et d’Amérique du nord en sont membres et ont accueilli 17 expositions depuis sa création et 2,5 millions de visiteurs. Les expositions présentées valorisent les aspects majeurs ou plus confidentiels de l’histoire de l’art en vue de faire avancer la recherche dans ce domaine tout en s’adressant à un large public.


Informations pratiques :

Horaires :
Du mardi au dimanche, de 10h à 18h.
Fermé le lundi ainsi que les 1er et 11 novembre, 25 décembre 2015 et 1er janvier 2016.
Fermeture des guichets ½ heure avant la fermeture du musée.
Accessibilité complète aux personnes en situation de handicap.

Tarifs :
Plein tarif : 8 euros
Pass’Métropole : 7 euros
Tarif réduit : 6 euros
Billet famille : 17 euros