Arc de Triomphe

Adresse

Rue Foch
34000 Montpellier


Présentation

Le monument "royal" de montpellier

Posté au bout d’une des plus somptueuses avenues de Montpellier, l’Arc de Triomphe culmine la ville en son point le plus élevé, soit à une altitude de 52 mètres. C’est l’avenue Foch qui vous mènera jusqu’à lui, emplie d’immeubles de style haussmannien, dans une atmosphère très bourgeoise, ainsi que de magasins chics. Avenue caractérisée également par ses terre-pleins de verdure et de fleurs, toute en ligne droite, qui vous offrira une très jolie perspective avec l’Arc de Triomphe en fond.

Construit dans le cadre de la grande campagne nationale de travaux d’embellissement des villes en 1691, cet Arc fut achevé en un an seulement. Ce grand projet public est l’œuvre de Charles-Augustin Daviler, alors architecte de la Province du Languedoc. François II d’Orbay, élève de Mansart, est l’auteur des dessins qui sont à la base de cet édifice et on doit les sculptures à Philippe Bertrand. Le but de cette construction était de mettre en place l’entrée de la Promenade du Peyrou, la « place royale », consacrée à la gloire de Louis XIV, le « bienfaiteur » de la ville. C’est en 1688 que débutèrent les travaux de construction de la balade du Peyrou. La statue de Louis XIV, qui fait face à l’Arc de Triomphe, a été tardivement mise en place, en 1718 exactement, et, en 1784, la Promenade du Peyrou est finalisée. L’Arc de Triomphe est en partie analogue à celui de Saint-Martin, ou encore Saint-Denis, qui se trouvent à Paris. Cette édification coûta à la ville 11,850 livres à l’époque. En ce qui concerne les matériaux, plus de 120m2 de pierres ont dû être extraites des carrières des garrigues des environs de Montpellier, pierres qui ont été par la suite intelligemment disposées selon leurs attributs. Dans l’ensemble ce sont des calcaires coquilliers, soit des sédiments tertiaires.

L’Arc de Triomphe permettait donc l’accès au « Puy d’Arquinel », soit le lieu « pierreux », appelé Peyrou aujourd’hui.  Avant sa construction, une ancienne porte était intégrée aux remparts de la ville suivie d’un pont-levis, qui permettait de franchir le fossé de défense entourant les remparts de la « commune clôture ». De nos jours, vous verrez à la place de ce pont-levis un pont de 28 mètres de large. L’Arc de Triomphe mesure 15 mètres de haut et sa largeur est d’à peu près 18 mètres. En ce qui concerne le portique, celui-ci a 4,70 mètres d’ouverture et 7 mètres de hauteur. A l’origine, l’Arc comportait deux fontaines, qui ont aujourd’hui disparues. Sur les faces de ce monument grandiose, soyez attentifs aux quatre médaillons sculptés en 1693, par Philippe Bertrand (1661-1724), à la gloire des moments forts du règne de Louis XIV. Ses deux façades sont en effet ornées de quatre bas-reliefs en forme de médaillon, qui montrent les deux facettes du règne de Louis XIV. Tentez de repérer lequel représente l’allégorie de la jonction des deux mers par le canal du midi, celui qui porte sur l’allégorie de l’hérésie Vaincue (révocation de l’Edit de Nantes), celui montrant Louis XIV en Hercule couronné par la Victoire, terrassant un lion (l’Angleterre) et chassant un aigle (l’Empire), et enfin le dernier médaillon qui évoque la prise de Moncet de Namur (1692). Observez  l’attique, soit le sommet, teint comme le reste en ocre et jaune, ainsi que le blason royal qui a retrouvé sa couleur bleue de France…   L’inscription latine gravée sur chaque face attique signifie : « La paix a été apportée sur terre et sur mer par Louis le Grand, dont le règne dura 72 ans, après avoir séparé, contenu et s’être attaché à des peuples alliés dans une guerre de 40 années ». Les plaques de marbre disposées sous le médaillon disparurent à la révolution, tout comme les fleurs de lys et autres attributs royaux. Elles portaient à l’origine le nom des consuls en fonction lors de la construction de l’Arc de Triomphe. En 1828, on les remplaça par des nouvelles plaques, vierges de toutes inscriptions. Aujourd’hui, suite à la rénovation, les inscriptions et couleurs d’origine ont été restaurées à l’identique. Il est à noter qu’avec le stade de la Mosson de la ville de Montpellier, l’Arc de Triomphe est l’un des seuls bâtiments visibles en relief sur Google Earth. Le sommet de l’Arc est visitable et au bout de 88 marches vous découvrirez une des plus belles vues panoramiques de Montpellier. Pour cela, il faut se renseigner à l’office de tourisme.

S’inscrivant parfaitement dans l’ensemble architectural de la Promenade du Peyrou, l’Arc de Triomphe a retrouvé, depuis sa rénovation en 2003, tout son prestige et ses couleurs naturelles. Majestueux, imposant, symbole de pouvoir, l’Arc de Triomphe est un édifice incontournable de la ville de Montpellier, de par sa belle architecture et son importance dans l’histoire de la ville.