Les attentats terroristes qui ont eu lieu début à Paris et la prise d'otage dans une bijouterie du centre ville de Montpellier lors de la première semaine des soldes ont eu un impact négatif sur l'activité des commerçants selon une enquête de la Direction de l’Action Territoriale et des Etudes Economiques de la CCI de Montpellier Entre émotion et inquiétude, les Français ont déserté les boutiques préférant se réfugier sur internet pour leurs achats.

Fort impact des attentats sur le démarrage des soldes d’hiver à Montpellier

Pénalisées par les attentats, les enseignes ont avancé la deuxième démarque. Malgré ces fortes démarques proposées dès le premier jour des soldes d'hiver, l'affluence est restée calme dans les boutiques. La fréquentation lors du démarrage a été moins bonne pour 75% des commerçants. Même si 23% des commerçants ont effectué des ventes privées, pré-soldes avant le 7 janvier, les clients n’étaient pas au rendez-vous. Seuls 18% des commerçants ont ouvert le 1er dimanche des soldes (11 janvier) et ils sont 84% à juger la fréquentation mauvaise en grande partie à cause des événements et de la conjoncture.

Enfin, même si une majorité de commerçants (62%) est satisfaite de la date unique de démarrage des soldes (7 janvier), cela n’est pas un plébiscite car 38% trouvent que cela est trop tôt après les fêtes de fin d’année. Ils sont par contre 67% à ne pas être satisfaits par l’allongement de la période à 6 semaines et pensent que cela n’est pas une bonne chose.

 Les commerçants avouent unanimement que «les gens n'avaient pas la tête à cela.». Les attentats terroristes qui ont endeuillé notre pays ont largement perturbé le début des soldes.Les commerçants locaux dressent un constat sans appel comme cela a été le cas au niveau national. Les attentats ont eu une forte répercussion et à cela s’est ajoutée encore une fois la multiplication des bonnes affaires tout au long de l’année qui continuent de diluer l’effet solde et une météo défavorable avec des températures trop élevées.