Ce lundi 9 septembre à Paris, Cécile DUFLOT, ministre de l'Égalité des Territoires et du Logement, vient de décerner à Hélène MANDROUX, maire de la Ville de Montpellier, la distinction de « quartiers engagés dans la labellisation Eco quartier », pour les deux quartiers montpelliérains des Grisettes, au sud de la ville et de Parc Marianne, à l'est.

Deux nouveaux quartiers de Montpellier distingués par Cécile DUFLOT

Le gouvernement a lancé en 2009 et en 2011 deux appels à projet sur la démarche «Eco Quartiers», dont l'objectif principal est d'identifier des références en matière d'éco-quartiers exemplaires. La Ville de Montpellier a alors répondu présente, parmi les 500 dossiers déposés par les collectivités. Aujourd'hui, 24 écoquartiers ont été « lauréats » de l'appel à projet  dont deux quartiers de Montpellier, Parc Marianne et Les Grisetttes.
 

Aujourd'hui, 45 écoquartiers sont distingués dans le cadre de la labellisation :
- 13 quartiers achevés et qui reçoivent un trophée « lauréat »
- 32 quartiers en cours de construction, dont les deux quartiers Parc Marianne et Grisettes à Montpellier, distingués comme « projets engagés dans la labellisation ».

Pour Hélène Mandroux, « cette nouvelle distinction* pour ces deux quartiers, en cours d'élaboration, vient reconnaitre l'exemplarité de ces opérations et notre capacité d'innovation en matière d'urbanisme durable ».

En 2014, la Ville de Montpellier pourra proposer à la labellisation 2 nouveaux quartiers en fonction de leur état d'avancement.
 

LE QUARTIER DES GRISETTES : des logements participatifs
La ZAC des Grisettes a été initiée dans le cadre de l'aménagement des secteurs situés à proximité de la deuxième ligne de tramway. D'une superficie de 20 ha environ, cette opération est située au sud ouest de la ville, entre l'avenue du Colonel Pavelet et l'agri-parc du Mas Nouguier et a été lauréate écoquartier 2011 au titre de la « nature en ville ».

Sa conception a été confié à l'agence Dubuz Richez (devenu aujourd'hui Richez & associés), lors d'un concours d'urbanisme et de maîtrise d'œuvre organisé en 2004. Le quartier s'organise autour de 2 axes structurants : la grande rambla et la petite rambla, espaces publics et paysagers forts du quartier.

Dans un souci de mixité urbaine, ce nouveau quartier prévoit :
- la construction d'environ 1500 logements, sous forme d'habitats collectifs diversifiés,
- des commerces  (en rez-de-chaussée d'immeubles et projet d'une superette à proximité de la station tramway qui fera l'objet d'une folie architecturale) et à terme de bureaux
- l'implantation de la clinique Saint Roch (qui déménage du Centre Ville) le long de l'avenue du colonel Pavelet avec une ouverture envisagée en 2015.  

Elle bénéficie d'équipements publics tels que le tramway avec une station tram et parking d'échange, et à proximité immédiate de l'agriparc du Mas Nouguier (18ha) et du groupe scolaire Beethoven, à énergie positive,  qui vient d'ouvrir ses portes à cette rentrée 2013.

Ce nouveau quartier est également doté d'une résidence étudiante ainsi qu'un pôle médical qui comprend un EPAHD, crèche et logements pour handicapés avec une ouverture en fin d'année.  

Le quartier des Grisettes va également accueillir un projet d'habitat participatif (24 logts) à travers un appel à projet qui devrait se concrétiser par un dépôt de PC fin 2013.
 

PARC MARIANNE : production d'énergies innovante
Réalisé depuis 2007 sous forme de ZAC concédée à un aménageur local (la SERM) par la Ville de Montpellier, ce quartier a pour originalité de se positionner de part et d'autre d'un vaste parc paysager de 7 hectares, avec fonction de bassin de rétention hydraulique, conçu par M. Desvigne. L'achèvement global de la ZAC est attendu pour 2020.

D'une superficie de 30 hectares, ce quartier Parc Marianne est traversé du nord au sud par la Lironde et s'accroche aux avenues R. Dugrand, N. Simone et du Mondial 98. Le programme se compose principalement de deux zones d'habitat collectif associées sur les grands axes à du commerce proximité, des équipements publics tels que deux groupes scolaires, un projet de collège, une église, une aire de jeux et la Cité du corps humain (CCH), projet architectural majeur en cours de développement portant sur le corps humain, la santé, la médecine, chers à l'histoire universitaire de Montpellier. Des surfaces de bureaux accompagnent les polarités majeures du quartier.

Avec à terme 2 000 logements environ, Parc Marianne garantit la mixité sociale par la répartition suivante : 30 % de logement social, 35 % de logements en accession aidée et 35 % de logements en accession libre. Le plan de masse de Marc Lehmann (agence Architecture Studio) vise à garantir la cohésion urbaine en liant les espaces bâtis aux quartiers voisins et en ouvrant le quartier sur le parc public central. La trame naturelle et agraire est mise en avant par la valorisation de témoins du passé (noria, allée de platanes, ripisylve de la Lironde).

L'identité architecturale des lieux participera à l'appropriation par les nouveaux habitants et servira également de repères aux autres montpelliérains. Pour ce faire, l'architecte en chef de la ZAC a défini un cahier de recommandations architecturales, urbanistiques, paysagères et environnementales destiné à orienter la conception de chaque unité bâtie (socles identiques, effet de « boites » récurrent, sur-toitures, végétalisation des coeurs d'îlot, éclairage et mobilier urbains, formes architecturales, qualité de l'espace public, ...).

Le quartier de Parc Marianne est conçu pour répondre aux exigences du développement durable :
- Une chaudière bois tri-génération fournit chaleur, froid et électricité pour le quartier.
- Tri sélectif, conteneurs enterrés améliorent une collecte responsable des ordures ménagères.
- Le groupe scolaire Chengdu s'est vu appliquer les exigences de la RT 2012 - 30 %. Le groupe scolaire Malraux sera lui aussi un bâtiment BEPOS.
- La circulation intérieure du quartier est en zone 30, sur un espace partagé avec les cycles et complémentaire des pistes cyclables reliées aux quartiers voisins. Les cheminements piétons guident naturellement les habitants vers les 3 stations de tramway desservant le quartier.
- Le parc Georges Charpak privilégie les essences méditerranéennes peu consommatrices en eau. L'arrosage nécessaire est réalisé grâce à un réseau d'eau brute. La fonction hydraulique du parc sécurise le quartier contre le risque d'inondation.
- La Cité du corps humain qui sera réalisée en bordure est du parc utilisera celui-ci pour des évènements culturels.
- Un miroir d'eau ludique marque l'entrée du parc, en association avec une oeuvre d'art magnifiant l'esprit de tolérance.