Découvrez Vadequa : le Meetic Affinity de l'emploi

Alors que le nombre de chômeurs en France, atteint malheureusement des sommets, Martin Delemotte et Arnaud Knobloch, deux jeunes entrepreneurs Montpellièrains lancent Vadequa : un site de rencontres entre particuliers en entreprises.

Fondé sur la recherche de la meilleure adéquation possible entre la culture d'entreprise et la personnalité des individus qui pourraient être amenés à y travailler, Vadequa propose une approche originale du recrutement. Rencontre avec les deux entrepreneurs :



Quelle a été votre motivation première (mise à part l’entreprenariat) pour créer Vadequa ?

Arnaud : Notre idée est surtout venue de notre propre expérience.
A la sortie de nos études, nous étions en position de force sur le marché du travail. Ce n’était donc pas les entreprises qui manquaient. On a été embauché dans différentes sociétés sans vraiment les connaître, résultat on a été déçu.
Nous avons donc décidé de créer cet outil - Vadequa - pour que les gens puissent trouver la boîte où ils se sentirons bien.

Martin : On a eu aussi l’occasion de discuter avec des dirigeants. Ce qu’ils constataient souvent, c’est que leurs erreurs de recrutement étaient avant tout liées à un problème d’intégration du salarié plutôt qu’une mauvaise évaluation des compétences.


Qu’est ce qui fait que Vadequa est un concept nouveau ?

Arnaud et Martin : Tout simplement parce que personne d’autre n’a lancé un tel concept. Parler d’adéquation entre profil psychologique et valeurs d’une entreprise est une approche nouvelle sur le marché du travail.

 


Vadequa, des salariés heureux, expliquez-nous.

Arnaud et Martin : C’est l’objectif de notre service ; aider entreprises comme salariés à trouver cette fameuse adéquation, où si vous préférez leurs affinités mutuelles. Tout le monde à sa place et bien où il est.


Vous parlez d’adéquation culturelle, d’où le nom Vadequa, pouvez-vous éclaircir ce terme pour mieux comprendre l’objectif de votre service ?  

Arnaud et Martin : L’adéquation culturelle c’est d’abord partager des valeurs communes.
Entre une entreprise et un candidat, il peut y avoir un décalage parce que chaque partie n’aborde pas les choses de la même façon, cela peut entraîner des dysfonctionnements, des mésententes donc nuire à la bonne cohésion et à l’épanouissement.

 


Pourquoi Montpellier pour monter votre entreprise ?

Arnaud : C’est une ville qui booste l’innovation donc idéale pour notre projet. Ici on est au coeur de ce que l’on recherche, créer un service durable et surtout qui puisse se développer à l’étranger. Et puis c’est vrai que le climat joue aussi, l'environnement est agréable, on y est bien. D’ailleurs quand on est bien là où on est, on travaille mieux, ça va de paire avec Vadequa. 

Martin : D’un point de vue recrutement, on compte agrandir notre société donc pour trouver du personnel c’est un avantage aussi.


Votre point fort, qualité (par rapport à votre projet) ?

Martin :  Hmmm, je pense que c’est surtout qu’on est ami depuis longtemps, on se connaît bien donc travailler ensemble c’est plus facile à gérer, il y a une bonne cohésion entre nous.

Arnaud : Et notre passion pour l’entreprenariat !


Comment convainquez-vous votre auditoire lorsque vous parlez du test de personnalité Vadequa ? En l’évoquant tel quel, on peut croire que c’est un test banal alors qu’en réalité il est très engageant pour un candidat.

Martin : Le test est validé scientifiquement, on collabore avec un laboratoire aussi.  Et c’est surtout qu’il n’est pas figé ni définitif, on l’améliore sans cesse pour le rendre plus performant.


Quel a été votre plus grand obstacle pour monter votre entreprise ?

Arnaud et Martin : Le manque d’argent comme souvent. On est jeune donc pas beaucoup d’économies.

Martin : Je pense aussi que les plus gros obstacles sont devant nous !


Avez-vous d’autres projets pour Vadequa ?

Arnaud :  Nous avons pour projet de lever des fonds, c’est inévitable pour développer notre activité et s’insérer sur le marché international.

Martin : Et être les meilleurs ! Nous sommes les premiers sur le marché européen.


Vous dites que créer une entreprise, ce n’est pas ce à quoi les études nous conforment, il n’est donc pas nécessaire de faire des études poussées. Cette affirmation en France paraît aberrante car on ne juge que ou presque par les études.  Que vous répondez-vous à cette vision française, encore plus affirmée en temps de crise ?

Arnaud : En effet, monter une entreprise, ce n’est pas le schéma voulu par les études même si ça commence à se faire. Donc oui, pas forcément la peine de faire des études pendant des années si on veut monter sa propre boîte. Mais si on a un tel projet, il ne doit surtout pas être fait par défaut. Entreprendre ça implique une motivation réelle.


Un dernier mot ?

Arnaud et Martin : Créer sa propre entreprise c’est toujours mieux de le faire quand on est jeune, même avant 25 ans, pendant ses études. Jeune on a rien à perdre, il faut néanmoins être suffisamment mature pour se lancer. Après le succès est possible à tous ceux qui sont motivés et ambitieux.

 

http://www.vadequa.com