Ce que j’appelle oubli - Domaine d'Ô Dans une longue phrase stridente où s’entrechoquent différentes voix, où s’entremêlent la panique et l’espoir, le texte de Laurent Mauvignier s’empare d’un fait divers tragique. A l’arrière d’un supermarché lyonnais, quatre vigiles avaient battu à mort, un marginal. Son crime ? Il avait bu une canette de bière. Une mise à mort absurde, terrifiante, inhumaine...

Plus d'informations sur le site de l'Office de Tourisme de Montpellier