Dans le cadre de l’Année internationale de la lumière, l’Université de Montpellier, le CNRS et l’IRCL, en partenariat avec Montpellier Méditerranée Métropole, initient un cycle de conférences sur la philosophie des Lumières à la salle Rabelais. Ce cycle de conférences destiné au plus large public accueillera les spécialistes de ce qui est communément appelé le siècle des Lumières et des philosophes qui ont développé idées et concepts qui nous éclairent encore actuellement.

Année internationale de la lumière : un cycle inédit de conférences sur le siècle des Lumières

En 2015, l’UNESCO a choisi de mettre la Lumière en lumière. L'UNESCO a décrété 2015 « Année Internationale de la Lumière et des techniques utilisant la lumière » avec objectif de « sensibiliser le public à la capacité des techniques utilisant la lumière de contribuer au développement durable et d’apporter des solutions aux grands défis contemporains tels que l’énergie, l’éducation, l’agriculture et la santé. »

L’Année Internationale de la Lumière est l’occasion de commémorer en 2015 de nombreux anniversaires : millénaire des grandes découvertes des scientifiques arabes, découverte de la nature ondulatoire de la lumière (Fresnel, 1815), théorie électromagnétique de la propagation de la lumière (Maxwell, 1865), intégration de la lumière à la cosmologie grâce à la théorie de la relativité générale en 1915 et la découverte du rayonnement de fond cosmologique en 1965.

Ceci sans oublier les philosophes des Lumières ! Des hommes et des femmes des universités et établissements de recherche et des collectivités locales de notre région se mobilisent autour de cet événement. Physiciens, électroniciens, biologistes, philosophes, historiens... se rassemblent pour proposer aux jeunes et au grand public, animations, expositions, conférences, expériences...


Programme des conférences :

Mercredi 16 septembre à 20h30 :Pourquoi nomme-t-on le XVIIIe siècle le siècle des Lumières ?
Conférence de Franck Salaün, Professeur de littérature française du XVIIIe à siècle à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

De nos jours, il est courant d’évoquer l’héritage des Lumières et de définir le 18e siècle comme le siècle des Lumières, mais que désigne-t-on au juste par ces expressions ? Une époque ? Un mouvement intellectuel et culturel ? Depuis quand le terme « Lumières » est-il employé de cette façon ? Après un bref historique, on s’interrogera sur la pertinence de cette notion, sur les désaccords qui ne cessent de s’accentuer entre les historiens à son propos, et sur les enjeux de ces divergences.

Mercredi 23 septembre à 20h30 : La lumière dans la poésie de la renaissance française.
Conférence de François Roudaut, Professeur de littérature française du XVIe siècle à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Si les penseurs de l’Antiquité dont l’influence est essentielle à la Renaissance traitent de la vision et non de la lumière, cette dernière joue cependant un rôle considérable dans la mesure où elle vient se mêler de façon indissociable au processus subjectif qu’est la vision. D’une certaine manière, la lumière marque la continuité entre le visible et la vue. Dans ce cadre, on peut comprendre son importance et sa place dans la poésie amoureuse du XVIe siècle (on prendra en particulier quelques exemples dans les Amours de Ronsard). Plus encore, elle peut être le signe d’une transcendance qui s’exprime dans les différents degrés que lui attribue le néoplatonisme florentin. Ce sont, ici aussi, des sonnets de la littérature française du XVIe siècle qui serviront d’exemple : il s’agira de montrer comment, à travers un vocabulaire apparemment banal, se dit toute une métaphysique.

Mercredi 30 septembre à 20h30 :Peut-on parler d’une musique des Lumières ?
Conférence de Patrick Taïeb, Professeur au département de Musicologie de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

L’histoire de la musique peut se concevoir de diverses manières suivant que l’on s’intéresse à la composition, aux pratiques d’exécutions, aux idées esthétiques, ou encore aux influences entre les nations et les styles. Et suivant cette manière, les musiques se trouvent associées à des époques intellectuelles : on parle de musique romantique, de musique révolutionnaire, de musique moderne, et l’on fixe ainsi des associations qui, le plus souvent, étaient impensables à l’époque même de leur constitution. Sur quels arguments reposent celles que l’on établit entre Mozart ou bien Rameau et les Lumières ? Les penseurs et les acteurs de ce courant de pensée qu’on appelle les Lumières et qui a tant discouru sur la musique, avaient-ils des goûts musicaux, qu’écoutaient-ils, quelles musiques aimaient-ils ?"

Mercredi 7 octobre à 20h30 : La Beaumelle, un philosophe cévenol dans l'Europe des Lumières.
Conférence de Claude Lauriol, Professeur émérite de littérature française.

La Beaumelle (1726-1773), né au pied de l'Aigoual, est un philosophe huguenot, ami de Montesquieu et adversaire de Voltaire, célèbre en France et en Europe comme écrivain politique et comme historien, incarcéré deux fois à la Bastille pour avoir défendu avec hardiesse la liberté et la tolérance.

Mercredi 14 octobre à 20h30 : La diffusion des Lumières dans le monde contemporain. L’exemple de Condorcet.
Conférence de Jean-Pierre Schandeler, Chargé de recherche au CNRS en langue et littérature françaises.

Condorcet (1743-1794) fut l’un des grands philosophes des Lumières et l’un des acteurs majeurs de la Révolution française. Ami de Voltaire, de D’Alembert et de Turgot, il fut aussi l’un des plus grands mathématiciens européens de son époque. Sa dernière œuvre, l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain fut immédiatement considérée comme la synthèse et le testament du siècle. L’exposé portera sur les enjeux de la diffusion de cette œuvre dans le monde aux XXe et XXIe siècles.