A la base, j’adore conduire. J’ai pas mal bourlingué et accompli plusieurs road trips sans souci. La place de l’Etoile à Paris, même pas peur ! J’avoue que les doubles ronds-points, spécialité nantaise, m’ont fait un peu douter la première fois, je les ai tout de même apprivoisés rapidement. En 12 ans de permis, pas un seul accident (je touche du bois et de la peau de singe…). Et pourtant, une ville ne me donne pas du tout envie de conduire : Montpellier !

7 bonnes raisons pour lesquelles je n’aime pas conduire à Montpellier
Voici 7 raisons plus que légitimes :

1-  Les embouteillages qui me font mettre 30 min au lieu de 10 pour arriver à destination. J’entends déjà des voix (Jeanne d’Arc ?!) me dire que c’est dans toutes les villes pareil, oui mais quand même, cela reste agaçant !

2-  Le tracé des routes a été réalisé par un non-voyant. Comment expliquer sinon qu’il faille parfois emprunter les rails du tram, qu’au carrefour de l’aéroport international où se trouvent les 3 colonnes de bronze (œuvre contemporaine « Point of View » de Tony Cragg) les voitures se mettent sur 3 ou 4 files alors que seules 2 immenses voies sont tracées, que juste après plusieurs feux à 2 voies la route se réduise à une seule voie sans indication, provoquant embouteillage et accidents, que le carrefour en bas du Corum sur les quais du Verdanson reste incompréhensible même après les travaux de rénovation, …, et j’en passe et des meilleurs ?!

3-  Ici, on ne roule pas sur la fille de droite ou sur la file de gauche quand on souhaite doubler, non, on roule au milieu !

4-  De nombreuses routes sont complètement défoncées par les racines des platanes. Prenez la rue Vendémiaire quartier Richter par exemple, on croirait emprunter une rue qui vient de se faire bombarder. Et quand il pleut (ok c’est rare à Montpellier mais ça arrive), inondation garantie. Donc dans ces moments là, mieux vaut pour les piétons de ne emprunter ces rues sous peine d’être complètement rincés !

5-  Le GPS veut toujours me faire passer par Gambetta alors que c’est totalement impossible de s’y retrouver avec tous ces travaux et ces sens interdits. Et même si je tente de le tromper en effectuant un grand détour, il s’acharne à vouloir me faire passer par là. J’ai tendance à croire que toutes les routes ne mènent pas à Rome mais à Gambetta !

6-  Une fois arrivé dans le centre, où se garer ? Même le parking de la Comédie est totalement blindé le samedi soir, ce qui m’a valu de louper la séance ciné que j’avais déjà réservée en ligne… Et puis payer 15 € de parking (j’exagère un peu mais sans plus) pour passer une soirée en ville, non merci !

7-  Comme chaque département à sa bête noire (ex : Eure vs Seine-Maritime, Charente vs Charente-Maritime, ...) et que j’habite ici depuis maintenant 7 mois, je suis obligée d’ajouter enfin que sur les routes montpelliéraines, on croise plein de Gardois, et parfois pire des Parisiens !

Ah vous voyez que ce n’est pas toujours facile la conduite à Montpellier !